Bienvenue sur la cité d'Atlantis, Invité.
Tous les groupes sont importants, veillez à essayer de les équilibrer.
Quelques ennemis ne seraient pas de trop...
Les possibilités de jeux sont nombreuses pour les humanoïdes en dehors d'Atlantis,
tous ne sont pas obligés de rejoindre la Cité pour jouer ou s'intégrer correctement.

Partagez | 
 

 [I.02] Gladiators (les arènes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Personnage Non Joué
avatar



◮ DOSSIERS : 59
◮ HERE : Galaxie de Pégase
◮ JOB : gérer les bêtises dans membres pendant les intrigues et les missions




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Mar 13 Jan - 13:47

C'est avec un regard plutôt sombre mais néanmoins ravi que l'hôte de Misélia observait ces étrangers se regrouper tout en maintenant un regard ferme sur la Terre Noire. C'est que jamais encore, il n'y avait eu d'hommes assez fous, ou peut-être suffisamment malins, pour former un troupeau devant la créature affamée. Ils pointaient, parlaient. Sans doute sous-estimitaient-ils la force et la faim de l'animal. Les idiots. L'homme se redressa tout de même sur son imposant siège, accordant à ces braves guerriers un regard des plus intrigués, sans toutefois trop le dévoiler. Son second s'approcha, se pencha à son oreille. D'un geste, l'homme l'arrêta. « Oui, je sais... Ils sont vraiment très forts... Il est possible qu'ils parviennent à rejoindre l'Armée. » Il lui paraissait alors évident que s'ils sortaient vainqueur de ce tournois, il lui faudrait à tout prix pouvoir les congratuler en personne. Et peut-être aussi les questionner, savoir ainsi d'où ils venaient avec, peut-être, l'espoir de pouvoir en recruter d'autres, des comme eux. C'est d'ailleurs à cet instant que son second lui rappela qu'ils venaient, à tout hasard, de ramener d'autres hommes dans les sous-terrains, possédant des vêtements quasi-similaires à ceux présents dans les arènes. Il se tourna vers lui, ignorant l'assaut qui venait d'être lancé contre la Terreur Noire. « Comment ça ? D'autres, dans les cellules ? Hm, voilà qui est intéressant... » Déjà, il réfléchissait à la possibilité de les faire rejoindre le sable chaud des arènes pour les voir au combat. Et puis il y eut des cris, des hurlements. L'homme se tourna vivement sur le spectacle et lâcha un soupire de lamentation. Voilà qu'il venait de rater l'instant de le plus intéressant ; il ne restait, à présent, plus que deux grands guerriers originaires de Skühl, de braves hommes qui n'avaient jamais trop de difficultés à trouver leur place au sein de l'armée, un Wraith blessé et qui ne parvenait, de toute évidence, pas à trouver de quoi retrouver ses forces, et l'équipe étrange. Les deux grands guerriers étaient en sang, mais tenaient encore debout, affrontant farouchement la Terreur Noire. Celle-ci se mouvait mais un détail parut agacé l'organisateur des Arènes. L'animal semblait gémir. Et ce fut en y prêtant un regard plus près qu'il nota que sa bête était blessée, atteinte au niveau du flanc par une lame qui la transperçait. Elle n'était pas encore à terre, rien n'était joué. Mais c'était déjà beaucoup. Il serra les dents.

Dans la cellule sombre, une jeune au regard d'acier observait les étrangers s'acharner à trouver de quoi ouvrir les portes de la cellule. Et si elle ne disait mot, c'était pour mieux se glisser parmi eux lorsqu'ils parviendraient à sortir. Les hommes habillés étrangement tiraient de leurs proches de ce qu'ils y dissimulaient. Des babioles, des morceaux de barre de céréales, des papiers d'emballages. Un détonateur pour l'un d'eux, mais sans le C4 qui aurait du s'y trouver. Il grimaça en guise d'excuse auprès de celle qui paraissait être celle qui donnait les ordres tandis que celle-ci sortait un élastique et un étrange fil qui semblait être de fer (ou d'un matériau plus léger, peut-être) mais replié de façon étrange sur lui-même. Les terriens auraient sut qu'il s'agissait-là d'un trombone, mais les pégasiens ne pouvaient que l'ignorer.
Silencieusement, la jeune femme se pencha légèrement en avant, prête à épier les gestes des uns et des autres. Prête à sauter à la moindre ouverture. Ils ne pourraient la laisser derrière, elle avait retenu le labyrinthe des sous-terrains. Elle aurait été capable de s'y retrouver tandis qu'eux ne pourraient que s'y perdre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Lieutenant-Colonel
avatar



◮ DOSSIERS : 927
◮ Y.O. : 43
◮ HERE : sur le dödsriket
◮ JOB : sauver sga-1
◮ COMPTES : le génie, la pyro, indiana jones botaniste, le guérisseur, l'adoratrice, la vagabonde et le toxico


de'elnyssa ✩ partenaire




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Ven 23 Jan - 16:32

L'assaut avait été lancé et c'est sans un regard pour leurs adversaires qu'Evan commençait à des armes amassées dans l'espoir de toucher la bête qui se débattait. De ses crocs, elle déchiquetait, arrachait ceux qui avaient le malheur de se dresser devant elle. Le militaire effectua un pas sur le côté, balançant avec force les coutelas. S'il avait toujours été bon tireur, il admettait néanmoins que le lancer de javelot n'avait jamais été une activité qu'il avait aimé exercer. Même à l'université. Il s'en sortait plutôt bien mais il avait toujours préféré le tir à l'arc ou, mieux encore, le tir à la carabine. Des activités qu'il lui était possible d'exercer pendant son travail, en somme.
Le coutelas ne fit qu'effleurer la peau dur de l'animal, le blessant à peine. Evan retint un juron entre ses dents. La Terreur Noire était rapide, maligne. Mais surtout, elle bougeait. Sans cesse était-elle en mouvement. Elle attaquait ceux qui osaient l'affronter, repoussait les lames d'un mouvement ample de la queue. La stratégie de la villdyranne, pourtant, semblait porter ses fruits. A chaque assaut des guerriers pégasiens, les lames des atlantes se rapprochaient un peu plus. Jusqu'à ce qu'une lame vienne se planter dans le flanc de l'animal, lui tirant un rugissement. Bien, elle était blessée. Il fallait maintenant s'assurer qu'elle n'allait pas réagir comme tout autre animal dans une telle condition et devenir plus hargneuse encore. Le Lieutenant-Colonel lança un regard en direction de ses équipiers avant de reprendre sa chasse maladroite. Parfois, les lames se croisaient bruyamment, s'entrechoquaient en plein vol avant de retomber sur le sable avec fracas.

Et puis il y eut un râle perçant, un cri d'agonie qui le glaça d'horreur. La Terreur Noire, touchée à maintes reprises, les flancs transpercés. La gueule levée, la bête souffrait, gueulant ce qui serait sans doute son dernier cri. Elle leva la patte, lacéra un corps une ultime fois avant de s’affaisser, soulevant sable et poussière.
Evan toussota, balançant la main de droite à gauche pour percer le nuage qui lui occultait la vue et, après avoir adressé un signe de tête à Athala, il s'approcha de la créature, récupérant une large épée sur le chemin. Ses pas étaient hésitants, méfiants. Mais la créature ne bronchait pas. Elle était morte.
Dans la foule, les exclamations avaient cessées, laissant un silence pesant retomber sur les arènes. Et puis il y eut des applaudissements et les cris reprirent. Des cris de joie, de cris d'admiration. Ils avaient réussit, ils avaient gagné le combat. Le militaire se passa une main sur son front, essuyant la sueur et la poussière qui s'y trouvait et se tourna vers son équipe. Oui, ils avaient réussit, mais les dégâts étaient là. Il y avait eu des morts, il y avait des blessés. Lui-même pensait avoir l'épaule disloquer et avait été égratigné au niveau de la tempe. S'il devait il y avoir un second combat, il ne faisait aucun doute qu'il ne survivrait pas très longtemps. Au moins, il ne souffrait pas d'une quelconque hémorragie même si le sang continuait de couler de sa blessure.
Il releva la tête en direction de l'homme qui paraissait être à la tête de toute cette organisation. Il le distinguait mal mais il put apercevoir un homme se pencher à son oreille, lui souffler quelques mots. Lorne fronça les sourcils, se tourna vers Amelia et Athala. Il se passait quelque chose, mais il ignorait quoi. Et le public finit par le comprendre, lui aussi. Très vite, les applaudissements cessèrent, les doigts pointèrent le ciel. « Manquait plus que des Wraiths, » marmonna-t-il pour lui-même. Mais ce n'était pas des Darts qui zébrèrent le ciel, ni même un imposant vaisseau ruche. Il voulut en distinguer davantage, mais rien n'était perceptible. Alors, il s'approcha de son équipe, leur faisant signe d'en faire de même. « Je n'en mettrai pas ma main à couper, mais il s'agit soit des Wraiths, et dans ce cas, il faut se préparer pour quitter cet endroit pendant que la foule panique, soit c'est Atlantis qui nous a envoyé du renfort. Mais je doute fort qu'ils nous laissent filer aussi facilement. J'ai bien peur qu'on ait encore à se défendre. » Il avait le regard sombre, il était las. Lui qui s'était attendu à une mission de routine. « Amy, je n'oublie pas qu'on doit récupérer ta fille, ne t'en fais pas. On la trouvera. » Il avait posé une main sur l'épaule de la jeune femme dans un geste qui se voulait réconfortant et rassurant. Il ne s'agissait pas totalement d'une promesse – comment aurait-il pu en faire lorsqu'il avait faillit à celle faite au frère d'Amelia – mais il voulait lui assurer qu'il ne quitterait pas la planète tant qu'elle n'aurait pas retrouver son enfant.



lt-col. aimant-à-problèmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Ven 23 Jan - 22:17

    Amelia parvint à achever le Wraith contre lequel elle se battait. Elle ne vit qu'au dernier moment l'homme arriver derrière elle et lui donner un coup à l'arrière du crâne. Elle tomba à genoux, déséquilibrée et évita de justesse un énième coup d'épée. A terre, elle en profita pour faucher l'homme dans les jambes et une fois au sol, elle l'acheva sans pité. Non, il n'y avait plus de place pour la pitié ici. C'était vivre ou mourir...  

    Tout se déroula ensuite très vite. En accord avec Lorne et celle qui devait faire partie de son équipe, ils tirèrent sur la bête noire et parvinrent à l'achever non sans difficultés. Elle regarda Lorne s'assurer qu'elle était bien morte mais ignora la foule qui les acclamait. Sa blessure à l'épaule saignait abondamment et elle se sentait légèrement étourdie. Elle dégagea son T-shirt poisseux de sang au niveau de l'épaule pour jeter un oeil à sa blessure. Elle était profonde et nécessitait des points de suture. Bientôt, elle ne serait plus en état de se battre et s'il devait y avoir un second round, elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps.

    Soudain, la foule s'agita alors que dans le ciel, des mouvements anormaux attirèrent son attention. La jeune femme tenta de voir ce que c'était. Evan leur dit alors que si c'étaient des Wraiths, ils allaient devoir trouver un moyen de partir vite pendant que la foule s'agitait. Si c'était Atlantis qui leur envoyait des renforts, alors ils devraient surement se battre pour pouvoir partir.
    Amelia répéta sans trop y croire :

    « Atlantis... »

    Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas vu ou entendu parler de la cité, qu'elle ne croyait plus vraiment en son existence. Pourtant, la présence de Lorne et de son équipe prouvait bien leur retour...
    Evan lui dit ensuite qu'il n'oubliait pas sa fille et qu'ils la retrouveraient. Amelia hocha la tête, la mine soucieuse. Elle lui répondit d'une voix qui trahissait sa détermination :

    « Je ne quitterais pas cette planète sans ma fille de toute manière... »

    Amelia lança un regard angoissé vers la foule qui s'agitait. Où était son bébé ? Cachée là quelque part parmi les gens ou ailleurs sur la planète ? Comment la retrouver une fois sortie d'ici ? Elle sentit la main d'Evan se poser sur son épaule et elle lui jeta un regard reconnaissant.
    La jeune femme tenait toujours son épée à la main mais son épaule blessée l'affaiblissait et elle ne pouvait empêcher sa main de trembler légèrement. Elle sentait ses forces faiblir et serra son épée dans sa main pour stopper les tremblements. Elle releva la tête, attendant les ordres de Lorne. S'il fallait se battre à nouveau, elle se battrait quitte à y laisser la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Admin ◮ La Sauvage
avatar



◮ DOSSIERS : 585
◮ Y.O. : 36
◮ HERE : ICI ET LA DANS LA GALAXIE DE PEGASE ENTRAIN DE SAUVER LES FESSES DE LORNE
◮ JOB : CHASSEUSE DE PRIME ET ACCESSOIREMENT TUEUSE DE WRAITHS
◮ COMPTES : SHEPPARD, THAV'AK, JAKE, CATTALEYA,MAHTAR & RONON





MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Dim 25 Jan - 15:37

L'horizon du jour était clair, net et dénué de charme. Les murs hauts de l'arène ne laisse rien entrevoir à part la certitude que les choses ne pouvaient qu'aller plus mal encore. Ou bien était-ce une impression purement Atlante car Athala était au mieux de sa forme. Les adversaires qu'elle avait jusque là affronté n'étaient pas parvenus à lui assener des coups assez fort pour trancher la chair ou bien pour lui assurer la présence d'une ecchymose dans peu de temps. Pas même l'ombre d'une contusion. En vérité, la chasseuse de prime n'avait pas chercher à prendre de risque et sitôt un combattant exécuté, elle s'était éclipsée comme une couarde pour avoir une meilleure vision d'ensemble. Les hommes pouvaient bien parler d'honneur, pour elle il s'agissait d'agir avec intellignce pour survivre. Technique utile puisqu'ils étaient parvenu à trouver le point faible de la terreur noire en moins de temps que s'ils l'avaient affronté en corps à corps. La prochaine fois qu'elle donnerait un peu plus de sa personne, c'était promis. Quoi que les villdyrans tenaient rarement leur promesse car on avait plus de valeur et d'utilité vivant que mort.

Athala avait donc privilégié la stratégie à la lutter, frappant vite et bien pour abréger la vie des adversaires plutôt que perdre un temps précieux. A présent ils étaient là à tenter d'atteindre les flancs de la créature. Cette dernière était rapide, frappait fort mais avait quelque tendance à préférer les attaques frontales, ce qui la rendait à la fois dangereuse et maladroite. Malgré son net avantage sur tous, il n'en restait pas moins qu'elle n'était pas sur un terrain qui l'avantageait. Il devait s'agit d'une bête qui préférait attaquer par surprise après s'être approchée furtivement de sa proie. Athala ne pouvait que la comprendre, elle même préférait les terrains couverts plutôt qu'une zone de combat ouverte.
La chasseuse de prime avait jeté sa lance avec force, ratant de peu une des ouvertures sur le flanc gauche. Mais elle ne perdait pas espoir et comme les autres elle continuait de jeter sur la créature tout ce qui lui passait sous la main avec un fort potentiel létale.

Un cri d'agonie et la bête était morte. Lorne s'en était approché pour s'assurer qu'elle était bien morte. Elle ne bougeait plus. De ses flancs venaient à couler un liquide encore chaud. Le sang glissait sans ménagement pour entacher le sol déjà rougit. Athala s'était également approché, arrachant vigoureusement une lame en bonne état. Puis son regard se porta vers le ciel. Il semblait se passer quelque chose là-haut. Les acclamations de la foule se calmèrent. Aux aguets, la chasseuse tendit l'oreille pour écouter les paroles de son chef. Du reste, elle observait le charnier. Les sens en alerte, l’œil vif, il ne fallait pas rester sur leur position. Sitôt son attention se porta sur la porte par laquelle ils étaient arrivés. Allait-elle s'ouvrir à nouveau ? Sans doute, après tout ils étaient venus à bout de la bête, les wraiths agonisaient dans leur propre sang et les survivants, dont l'équipe de Lorne, n'avait pas une mine à vouloir continuer de se battre.

Athala s'était écarté du cadavre, s'approchant de son chef tout en balayant l'assemblé qui le surplombait. Au dessus de leur tête il y avait toujours ces épaisses grilles qui barraient la voie des airs. Puis enfin son regard s'attarda sur celui semblait le mieux logé dans les gradins. A n'en pas douter il devait être un des organisateurs de tout ça. La chasseuse le regarda assez longtemps pour marqué les traits de l'homme dans son esprit. S'ils étaient amenés à le recroiser, elle se souviendra de lui. Après quoi elle se tourna vers les autres « Faut qu'on sorte d'ici » dit-elle avant de faire un signe léger de l'index pour indiquer la porte « Ils vont l'ouvrir encore. Peut-être pour nous amener d'autre concurrents ou pour nous envoyer dans nos cages. Prenez des armes, et préparez vous… C'est notre seul moyen de quitter l'arène. » Athala en avait déjà profiter pour cacher ça et là quelques lames abandonnées et cassées pendant les combats. Prenant appuie sur la lance qu'elle avait toujours avec elle, la villdyranne attendant le moment d'agir. Ils avaient tout intérêt à se rapprocher de la porte.



SHE WOLF ► « C'était comme rencontrer un loup au milieu de nul part quand le froid vous déchirait la chair et que la vie commençait à battre de l'aile. On se sentait ridicule, s'accrochant comme on le pouvait à des vieux haillons. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Colonel
avatar



◮ DOSSIERS : 2336
◮ HERE : ATLANTIS
◮ JOB : MILITAIRE
◮ COMPTES : ATHALA, THAV'AK, JAKE, CATTALEYA, MAHTAR & RONON





MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Dim 25 Jan - 16:36


Drôle d'histoire quand même. De retourne à la porte des étoiles après avoir discuter avec un chef aveugle, l'équipe du colonel Sheppard avait pris contacte avec Atlantis pour leur donner des nouvelles avant de se rendre sur la planète nommée Misélia. Une histoire de grande armée. On se serait cru en croisade du temps des guerres contre les musulmans en Terre Sainte. Mais cela n'avait jamais été que le sentiment du militaire. Sentiment qu'il avait gardé pour lui afin de ne pas lancer un débat dans lequel Ronon n'aurait rien compris et Rodney… C'était Rodney, Dieu seul savait ce qu'il aurait pu dire à ce sujet. La porte des étoiles s'étaient de nouveau ouverte pour former un énième vortex. Tour à tour ils étaient rentrés, quittant la contrée paisible.

Sheppard posa le pied sur le sol, regardant autour de lui. Le moins que l'on pouvait dire, c'était que l'endroit était peuplé. Devant eux, ce qui ressemblait à un grand marché. La foule allait et venait sans jamais faiblir. En arrière plan, un colosse de pierre d'où s'élevait des exclamations. S'il avait écouté un peu plus en cours d'histoire, il se serait cru au temps de l'Empire romain avec en face de lui le Colisée. A voir la vie qui régnait à la surface de Misélia, il était difficile de comprendre pourquoi ils n'avaient pas entendu parlé plus tôt de cet endroit depuis qu'ils avaient fait leur retour dans la galaxie. John jeta un coup d’œil à ses compagnons avant de faire quelques pas. La chaleur commençait à se faire sentir alors que le soleil se mettait à cogner contre la rétine du militaire qui ne tarda pas à sortir ses lunettes de soleil pour combattre l'astre moqueur. La terre sèche  faisait de la poussière sous ses rangers noires. Mince, pour une fois qu'il les avait ciré…

Bien, par où commencer ? Le colonel ne savait pas où donner de la tête. Mais déjà quelques regards se portèrent sur eux, l'air soupçonneux ou alors surpris. La force de l'habitude. Néanmoins, il semblait à John que ces réactions étaient encourageantes. Plus loin sur une petite place, un marchant d'esclaves devaient venter les mérites de ses marchandises dans une langue inconnue. Mains sur le P90 sans pour autant paraître agressif, l'américain pris un air qui se voulait décontracté. A première vues, la porte des étoiles était cerné de toute par par des étales. Ça et là des bâtiments qui ne payaient pas de mine alors que le reste n'était qu'étales de toiles et de bois. L'endroit était enchâssé dans une vallée, les flancs des montagne relativement peu boisé. Le décor était planté. Néanmoins, il n'était pas question de faire de vagues avant l'arrivée du Hammond.

« L'enquête continue » lança John en poussant un léger sourire. Oui, comment retrouver SGA-2 dans ce dédale ? Aucune idée, mais ils allaient devoir questionner les gens sans paraître suspects et finir dans les arènes au loin. Ronon scrutait l'endroit avec attention. Pour un natif de cette galaxie, il n'avait jamais du entendre parler de endroit… Curieux. Les choses avaient du pas mal bouger après leur départ. Mais cette histoire de grande armée restait en suspend. De nombreuses questions trottaient dans la tête du militaire mais qui aurait les réponses ? Peut-être les gens du coin après tout.
Ni une, ni deux, les membres de SGA-1 s'engagèrent dans une des petites allées marchandes pour échapper à la chaleur. Le regard baladeur, il observa les objets et autres marchandises qui ne demandaient qu'à être vendue. A première vue, il ne s'agissait pas d'une seule et même civilisation qui croisait ici. Il lui semblait reconnaître d'autres peuples, notamment des habitants de P6J-103 et aussi. A mesure qu'ils avançaient, Sheppard travaillait ses connaissances sur les peuples déjà rencontré. Pis il s'arrêta, posant une main sur l'épaule de Rodney après avoir déambulé pendant un long moment, se rapprochant des arènes. « Dites moi, ce ne serait pas notre amis Holis de T5X-422 ? On devrait aller lui poser quelques questions. » Ronon approuva l'idée non sans une pointe de méfiance même si jusqu'à présent il avait flâné d'une façon désinvolte en restant en arrière du groupe. Jetant un coup d’œil à sa montre, le militaire nota qu'ils étaient ici depuis plus d'une heure déjà. Il fallait espérer qu'Holis puisse leur apprendre davantage que ce qu'on leur avait déjà dis sur la précédente planète.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stargate-atlantis-rp.forums-actifs.com/
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Lun 26 Jan - 13:16

Pour une fois, juste pour une fois, Rodney aurait aimé qu'une mission se déroule dans le plus grand des calmes. Mais attention, il fallait savoir faire la différence entre calme et calme. Oui, le Canadien jouait sur les mots, sur les subtilités de la langue anglaise – mais surtout sur les différences entre l'américain et le canadien, en réalité – bien que ce ne soit pas une activité qu'on lui prêtât. C'est que le génie des sciences et des mathématiques commençait à se dire qu'il était bien trop tard pour qu'ils continuent à vadrouiller, loupe en main, à la recherche d'indice. Cette mission n'était pas un bon calme, il le présentait. Appelez ça l'instinct du Génie. Ou bien sixième sens, ça fonctionnait aussi mais c'était tout de suite moins flatteur. Ainsi, lorsqu'ils passèrent la Porte des Étoiles, entre deux jérémiades sur l'absence de Jumper qui leur aurait fait gagné un temps précieux, Rodney en était à établir quelques statistiques savantes sur le nombre de missions réellement calmes qu'il avait pu connaître en neuf ans passées dans le programme. Bon, neuf ans pas tout à fait, il y en avait quand même eu trois où il s'était presque tourner les pouces en compagnie de Sheppard, mais personne ne chipoterait pour si peu. Une mission qui ne terminait pas dans de courses poursuites, quelques bobo ou de grosses blessures n'étaient pas une véritable mission. C'était ce que devait sans doute se dire tous les peuples de Pégase qu'Atlantis rencontrait. Ça expliquait sûrement la raison pour laquelle ils ne connaissaient ni le calme, ni le répit dès qu'il passait la Porte. Le Canadien se renfrogna en constatant qu'il y avait du monde sur la planète nommée Misélia et ce n'était pas pour lui plaire. N'importe quel kamikaze pouvait s'être dissimulé parmi la foule et ça augmentait aussi les chances de finir prisonnier. La belle affaire. Un véritable désastre. Si encore, ils avaient droit à la télévision quand ils étaient capturés, mais non ! Rien, niette, nada !

La courte transmission avec le Docteur Jones avait néanmoins rassuré Rodney. Le Hammond allait être envoyé en grand renfort et Sheppard avait l'interdiction de lancer une mission suicide tant que le vaisseau terrien ne serait pas là pour les couvrir. De quoi reposer le cœur malmené du scientifique pendant quelques heures. Il observait les alentours, une main en visière, le nez plissé, les yeux à moitié fermés par le soleil et les sourcils froncés quand il aperçut Sheppard se parer de ses lunettes. Bah voyons ! Il grommela indistinctement avant de tirer sa gourde d'eau et d'en avaler une longue rasade. Les lunettes, c'était esthétique mais c'était pas ça qui allait le faire vivre. « La prochaine fois, rappelez-moi d'apporter ma crème solaire dans mes affaires. » Sans doute faudrait-il qu'il demande à Jennifer de rendre le port de ce tube miracle obligatoire. Après tout, ça pouvait bien sauver des vies ! En plus d'empêcher de devenir rouge écrevisse. Ou rouge homard, Rodney n'avait jamais eu de préférence entre toutes ces bestioles marines qui ne lui inspiraient jamais vraiment confiance – jusqu'à ce qu'elles soient englouties, ça allait de soit.
Et puis il y eut cette apparition, fantomatique et imprévue. Sans qu'il ne puisse rien faire, cette main l'avait emprisonné, le retenant par l'épaule tandis que toutes couleurs quittaient précipitamment son visage, tandis que ses pieds quittaient le sol et que son cœur s'affolait rageusement dans sa poitrine. Il inspira bruyamment, porta une main à sa poitrine terrifiée et se tourna vers le monstre de cruauté qui, une nouvelle fois, venait de s'abreuver de ses peurs légères. Rodney lui adressa un regard furibond. « Holis ? Ce n'est pas celui qui avait essayé de nous vendre de la drogue pégasienne ? » Ah, de lui, le scientifique s'en souvenait bien ! Il avait tout du parfait dealer ; et c'était sûrement pour cette raison que Rodney obtempéra, bien malgré lui. Il était vrai que si quelqu'un savait quelque chose à propos de ce qu'il se tramait ici, ce devait être lui. Déjà la dernière fois lorsque l'équipe phare d'Atlantis l'avait rencontré, il avait parut être au courant de tout. Sur Terre, il aurait été un parfait petit journaliste, avec ses oreilles qui traînaient trop souvent au mauvais endroit et sa capacité étonnante à récolter des informations.

L'homme les accueillit avec un large sourire et sa voix forte éliminait toute tentative de discrétion. McKay soupira. Il fallait vraiment que Sheppard revoit son sens des négociations et qu'il parvienne à s'allier avec des sources fiables. Comme Holis leur présentait ses nouvelles marchandises, des colliers aux origines douteuses et possédant, d'après ses dires, des capacités miraculeuses, le scientifique se tourna vers ses deux collègues. Et voilà, il allait encore essayer de leur refourguer il-ne-savait-trop-quoi. « On se calme, on n'est pas ici pour acheter quoique ce soit, » débuta-t-il avant de laisser ses yeux se poser sur une merveille de gadget ressemblant à si méprendre à une mini-torpille à photon. Un instrument qui ne devait pas tomber dans les mains de n'importe qui et... Il releva la tête en s'apercevant que six paires d'yeux étaient rivées sur lui. Oui, bon d'accord, il se pencherait sur ça plus tard. « Qu'est-ce que vous pouvez nous dire sur les arènes de Misélia ? » L'autre sembla croire à une blague puisqu'il explosa de son rire hystérique avant de se reprendre et de se lancer dans de longues explications. Et voilà que les trois mâles de l'équipe SGA-1 étaient partis pour un cours d'histoire. Rodney lança un coup d’œil à ses camarades de classe. Et bien sûr, il ne fallait pas compter sur les deux autres pour écouter quoique ce soit de la leçon c'était donc, une fois de plus, sur lui que tout reposait. Retenant un soupire las, le scientifique prêta une oreille attentive à ce qui se disait. Il était question de bataille entres les vaisseaux ruches à propos des champs de nourriture – ah ! Les Wraiths et l'agriculture, toute une histoire – d'alliance entre certaines ruches et d'envie de soulèvement sur l'exemple atlante parmi les peuples. « C'est comme ça que les premières rebellions ont débuté. Beaucoup de peuples ignoraient si vous alliez rentrer et si vous alliez reprendre la guerre contre les Wraiths alors nous avons décidé de prendre les choses en main. La Grande Armée a été créée dans le but de réunir les meilleurs et les plus vaillants soldats de la galaxie afin de vaincre les Wraiths. » Levant un doigt pensif, Rodney l'interrompit sans plus de politesse. « Attendez, vous êtes en train de nous dire que le but des arènes est de trier qui est apte à rejoindre la grande armée ? Mais c'est totalement stupide ! Vous tuez plus de guerriers que vous n'en récoltez ! » Il fallait, décidément, tout leur apprendre. Holis secoua la tête pour le contredire avant de reprendre. « Non et c'est là que repose toute l'ingéniosité du plan, tous ceux qui sont sélectionnés pour combattre dans les arènes subissent déjà une partie de l'entraînement. Il s'agit de survivre à travers les cellules, de survivre dans l'arène en combattant des créatures et des Wraith qui ont été faits prisonniers lors d'offensives précédentes. Nous tuons grand nombre de Wraiths rien que dans les arènes et seuls les meilleurs soldats, ceux qui survivent, peuvent rejoindre la grande armée et continuer l'entraînement. » Mouais, pour la survie des peuples pégasiens, il fallait repasser. Aux yeux du scientifique, il s'agissait surtout d'envoyer un maximum de guerriers à l’échafaud avant d'essayer de détruire un vaisseau ruche. Les pauvres pensaient sûrement que c'était facile. McKay ne restait pas bien convaincu et se tourna vers Sheppard. Maintenant au moins, ils connaissaient l'origine de ces arènes. « Et qu'arrive-t-il, dans ces arènes ? » « Ceux qui ont été sélectionnés doivent se battre. » « Non, je veux dire... Si ceux qui survivent refusent de rejoindre la grande armée ? » « Oh, ils n'ont pas le choix. Et personne n'a encore jamais refusé. C'est un très grand honneur que de rejoindre la grande armée ! » Encore des militaires avec un très fort complexe du héro. Néanmoins, ça devenait inquiétant pour SGA-2 et 5. Voire même 3 puisqu'il semblerait qu'ils n'aient pas donné signe de vie. Bien, maintenant, il fallait trouver un moyen pour sortir les atlantes de ces maudites arènes.
Comme un écho à ses pensées, les radio grésillèrent et la voix familière et un peu rassurant, il fallait l'admettre, de Sam retentit. « SGA-1 ? Ici Sam, le Hammond vient d'entrer en orbite autour de Misélia, nous sommes prêts à téléporter des équipes au sol ou à vous téléporter à bord du vaisseau pour mettre au point un plan. » Et là, en cet instant précis, Rodney ne savait pas s'il devait se réjouir ou non.


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 819
◮ HERE : hidden in the haze of villdyr
◮ JOB : major in the united states marines corps but she's also the leader of sga-3
◮ COMPTES : mckay, lorne, wilson #2, top'ha, kanavu, kasumi, de medicis


actuellement en stage sur Villdyr




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Jeu 29 Jan - 17:11

Y avait comme un air de déjà. A quelques détails près, quand même parce que fallait jamais pousser mémé trop loin dans les orties. Non pas qu'Alex ait grand chose à foutre de la vieille dévorée par des démangeaisons, mais c'était pas vraiment un combat très loyal. Mais ce débat était déjà loin : la militaire ne perdait pas de vue que c'était quand même grave répétitif. Il n'y avait pas si longtemps que ça (en réalité, elle ne savait pas vraiment si c'était récent ou non mais pour l'effet un peu dramatique, fallait bien prétendre que ça l'était) son équipe et elle s'étaient retrouvés fait prisonniers à bord d'un vaisseau ruche. Elle pourrait presque mettre les décorateurs en compétition, d'ailleurs, pour le prix du plus mauvais goût. Mais elle avait autre chose à faire. Comme demander à Aladdin de les faire sortir de là. Parce que oui, le major était flemmarde et tant qu'elle ne pouvait pas entrer en action, fallait pas vraiment compter sur elle pour trouver un moyen de s'échapper – pas quand y avait des barreaux, en tout cas – alors elle se reposait sur son extra-terrestre. Il avait déjà fait ses preuves en matière d'évasion. C'était peut-être pour ça qu'elle l'appréciait, en fait. A méditer.
L'homme demandait aux atlantes de sortir ce qu'ils avaient de leurs proches. Tiens, ça aussi, ça sonnait vaguement familier. Un vrai pickpocket mais Alex allait pas s'en plaindre. Au moins, ça lui faisait un camarade pour ce qui était dérober les objets aux autres. Sans un soupire, mais avec un regard noir à ceux qui osaient émettre la moindre plainte quant à la demande d'Aladdin, elle tira de ses poches son habituel paquet de clope – étonnant que personne le lui ait volé, d'ailleurs – ainsi qu'une épingle. Tordue l'épingle et légèrement défoncée. Mais une épingle quand même. Elle tendit l'épingle à Aladdin, ouvrit le paquet de clope et, alors qu'elle allait en sortir une cigarette, elle fronça les sourcils. « Oh les cons, » laissa-t-elle tomber avant d'attraper son briquet, resté dissimulé dans son paquet.
Alex – 1 ; Pégasiens kidnappeurs – 0.

« On peut peut-être faire sauter la serrure. » C'était pas vraiment une question mais pas totalement un ordre non plus. Elle lança un regard vers son acolyte, comme pour lui demander ce qu'il en pensait alors qu'elle faisait tourner la roulette de son briquet et laissait une flamme orangée en sortir. S'ils se démerdaient bien, la serrure sautait et eux, ils dégageaient. C'était un peu de bidouillage mais ça pouvait l'faire. Elle récupéra l'élastique et le détonateur. Avec ça, elle serait capable de faire quelque chose. Suffisait de récupérer les morceaux de barre de céréales pour les utiliser comme glu, le sucre gélatiné aidant grandement. « Tenez Aladdin, ouvrez le boîtier du détonateur pour qu'on puisse se servir des fils électriques. » Elle lui tendit l'épingle en guise de tournevis ; l'idée était de faire tenir le détonateur ouvert – et manipulé – contre la serrure avec l'élastique et d'allumer les fils électriques avec son si précieux briquet. L'explosion serait petite, et pourrait aisément sembler inaudible parmi les brouhaha que faisaient les autres détenus. Restait plus qu'à espérer que la serrure serait docile et accepterait de s'ouvrir.
Récupérant le boîtier, elle en sortit les fils qu'elle dénuda et finit par faire tenir le détonateur à la serrure. « Ok, on se recule de quelques pas les gars, » lança-t-elle en direction des membres de sa team avant d'allumer le briquet à bout de bras et de laisser son invention, digne de MacGyver, au moins, s'enflammer. Il y eut un léger bruit, puis un déclic et elle s'approcha des barreaux, poussa l'entrée de la cellule. Un sourire victorieux prit vie sur ses lèvres. « Et hop, dans la poche. Maintenant, on se tire de là et fissa. » Pas question de perdre de temps, pas question, non plus, d'aider les autres à sortir de leur cellule. La charité, c'était finit.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnage Non Joué
avatar



◮ DOSSIERS : 59
◮ HERE : Galaxie de Pégase
◮ JOB : gérer les bêtises dans membres pendant les intrigues et les missions




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Mer 4 Fév - 17:51

Dans les arènes, la panique avait commencé à se multiplier, comme un vent qui se glissait à travers les âmes. Le public, un à un, se levait, observait le ciel, inquiet. Parmi ce qu'ils murmuraient, il était question de vaisseaux, d'ennemis. Peut-être même d'attaque Wraith. Certains, pris en étau par leur peur d'être faire prisonnier par ceux qui étaient capables de vous ôter la vie dans la plus grande souffrance, prenaient le chemin de la sortie. Ils voulaient partir, quitter ces bancs où ils s'étaient amusé pour retourner sur leurs planètes d'origine grâce au Cercle des Anciens. D'autres pointaient le doigt vers l'homme à la tête de toute cette mascarade, essayant, sans doute, de s'adresser à lui.
Ce dernier restait imperturbable. Assis dans son trône, il observait de son regard confiant les derniers survivants présents dans l'arène. De nobles combattants qu'il venait de recruter et qui, sans doute, allaient pouvoir faire leur preuve. Ou plutôt, qui allaient pouvoir montrer ce qu'ils valaient en situation normale. C'est alors que son second se pencha vers lui pour lui murmurer quelques mots. Surpris, l'homme l'observa un instant avant d'observer les guerriers. « Surveillez-les, » ordonna-t-il en désignant ceux qui étaient toujours au milieu du sable chaud. Dans de grands gestes théâtraux, il se leva et quitta son poste d'observation, comme à regret. On venait de le prévenir, un vaisseau avait été détecté mais il n'était pas Wraith. Une communication avait été établie et ils s'étaient vaguement présentés, prétextant vouloir récupérer certains de leurs prisonniers – de ses combattants à lui – et se montraient désireux d'entamer des négociations. Ils ne comprenaient sans doute pas l'honneur que cela représentait d'être des guerriers de Misélia. Une troupe d'hommes, sans doute ceux siégeant dans le Haut Conseil de ces étrangers, était sur Misélia et demandait à lui parler pour entamer ces négociations. Peut-être parviendrait-il à les faire changer d'avis.
Parmi le publics, la terreur et l'incompréhension continuaient de régner et les gens se bousculaient dans l'espoir de s'en sortir.

Un bruit discret et la porte de la cellule s'écartait, comme par un miracle. La jeune fille au regard clair eut un sourire en coin et elle se leva aussitôt, s'interposant entre cette équipe saugrenue et leur voie de sortie. Son visage était crasseux, ses cheveux gras mais sur ses traits était lisible la plus grande des déterminations. Elle ne broncha pas, même si elle avait conscience qu'elle ne pourrait faire le poids face à tant d'adversaires. « Laissez-moi venir avec vous. Je sais comment sortir d'ici. » Parce qu'ils étaient peut-être assez malins pour réussir à ouvrir une porte, mais elle avait pour elle l'habitude de ce labyrinthe. L'habitude de Misélia. La connaissance du terrain. « Vous ne pourrez jamais quitter les souterrains sans mon aide ! Vous pouvez neutraliser les gardes et ils vont bientôt tous courir, mais vous vous perdrez et vous finirez pas être capturés à nouveau. C'est déjà arrivé. » Le ton de sa voix laissait percevoir une force qu'on ne pouvait lui accorder au premier regard. Elle croisa les bras, releva la tête, défiant tour à tour les membres de cette unité étrange.

Proche des arènes, quelques équipes avaient été téléportés pour prêter main forte à SGA-1. Il avait été précisé que l'infirmerie était prête à recevoir les blessés sitôt qu'ils seraient récupérés et il n'était pas question de prendre le thé sur cette planète. Les informations recueillies sur celle-ci restaient néanmoins floues mais la priorité restait de récupérer les équipes disparues, maintenant au nombre de trois.
A bord du Hammond, le Colonel Carter avait établi un contact radio afin de parler avec celui à l'origine de ces combat. SGA-1 était désignée pour essayer de parvenir à une extraction discrète, mais les hommes se tenaient prêts. Un seul mot de Sheppard et il était certain que l'action commencerait. James Bond n'avait qu'à bien se tenir, voilà que les atlantes lui avait trouvé des rivaux de qualité.

La fin de l'intrigue approche à grands pas, aussi nous nous permettons de booster un peu les choses. Le but est donc maintenant de quitter les arènes, vous pouvez faire intervenir des personnages extérieurs pour ce faire (un geôlier, un garde, etc) dans le sens que vous le souhaitez.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Jeu 5 Fév - 17:55

    Amelia hocha la tête lorsque la jeune femme qu’elle ne connaissait pas et qui semblait faire partie de l’équipe de Lorne leur dit qu’ils devaient sortir d’ici. Elle continua en disant qu’ils allaient surement faire rentrer d’autres prisonniers et qu’à ce moment-là, ils devraient en profiter pour sortir. C’était une décision sage et Amélia était prête à la suivre. Elle attrapa une épée, sur le qui-vive.
    Ce fut à ce moment-là qu’un vent de panique s’empara de la foule. Peut-être des Wraiths étaient-ils en train de récolter sur la planète. La jeune femme regarda autour d’eux. Dans l’arène, on ne voyait qu’eux et si un dart passait au-dessus, il ne manquerait pas de les aspirer… Amélia se tourna vers Lorne et lui dit :

    « Si ce sont des Wraiths, nous serons les premiers à être ramassés… »

    Le regard d’Amélia survola la foule et finit par se poser sur celui qui était responsable des arènes. Le sang de la jeune femme ne fit qu’un seul tour lorsqu’elle vit qu’il était là tranquillement en train de s’en aller, surement pour se mettre à l’abri. Après avoir assisté au spectacle, provoqué des morts et de la souffrance, il partait comme s’il ne s’était rien passé, les laissant à leur sort. Elle songea qu’il avait peut-être déjà tué sa fille et cela lui fit perdre la tête. Elle se sépara alors du groupe et s’adressa en criant à l’homme :

    « Hé vous là ! Revenez ! Où est ma fille ! Vous m’entendez ? Espèce de lâche ! »

    Amélia était hors d’elle. Elle se retourna vers le groupe de survivants et leur cria :

    « C’est de sa faute si on est ici ! C’est lui le responsable ! Et il doit savoir où est ma fille ! »

    De rage, Amelia attrapa une lance et rassembla le peu de forces qu’il lui restait. Elle visa l’homme, dans les tribunes qui partait mais bien entendu, sa lance n’atteignit pas sa cible. Les tribunes de l’arène étaient assez hautes pour que le public soit en sécurité et ne soit jamais blessé lors des combats. La lance se ficha tout de même à une bonne hauteur dans le mur et le bruit résonna sourdement dans l’arène.

    « Je vous tuerais ! »

    Prise d’un vertige, elle tomba à genoux. Amélia avait perdu trop de sang et sa tête lui tournait. Elle respirait très difficilement. Pourtant, elle se sentait encore prête à remuer ciel et terre pour retrouver sa fille.

Revenir en haut Aller en bas
Personnage Non Joué
avatar



◮ DOSSIERS : 59
◮ HERE : Galaxie de Pégase
◮ JOB : gérer les bêtises dans membres pendant les intrigues et les missions




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   Dim 1 Mar - 19:48


Le Hammond venait de sortir d'hyperespace pour se mettre en orbite géostationnaire autour de la planète Misélia. Le voyage avait été tranquille, sous couvert de quelques angoisses palpables de la part de certains. Néanmoins, le colonel Carter avait glané quelques informations non-négligeables au sujet de cette planète et surtout sur cette histoire d'arène. Un centre de formation accéléré en quelque sort, pour apprendre à combattre et survivre. La gradé avait trouvé cela très barbare mais c'était gardé de faire tout commentaire tandis que l'archéologue de la mission avait retranscris les dire de la natif de Prothos. Depuis qu'elle faisait parti du programme Stargate, Sam avait vu des choses et des peuples plus étranges les un que les autres, même si jusqu'à présent, elle n'avait vu aucune culture se lancer dans une telle entreprise.
_ Ouvrez une communication avec l'équipe du colonel Sheppard, ordonna Carter alors qu'elle était toujours assise sur son fauteuil.
_ Vous pouvez parler Colonel.
_ SGA-1 ? Ici Sam, le Hammond vient d'entrer en orbite autour de Misélia, nous sommes prêts à téléporter des équipes au sol ou à vous téléporter à bord du vaisseau pour mettre au point un plan.

Sur Misélia, le temps était au beau fixe, quoi que le climat était sec et chaud. Ce qui n'était pas au goût de tout le monde. L'équipe de Sheppard s'était rapproché des arènes pour croisé une tête connue, celle de ce bougre de Holis. L'expérience avait appris qu'il fallait se méfier de cet homme coûte que coûte. Néanmoins, il avait appris aux Atlantes des informations capitales, ce qui n'était pas pour les rassurer sur la situation des équipes capturées. La voix de Sam attira l'attention du militaire.
_ Ici Sheppard, on pense que SGA-2 et 5 se trouvent dans les arènes et peut-être même SGA-3, est-ce que vous pouvez trouver leur signal ?
_ Tout de suite Colonel.

Sitôt le gradé au commande s'exécuta pour chercher les signaux des balises des trois équipes Atlantes. Il ne pouvait constaté que la présence de SGA-2 et 3. Il transmit sans attendre l'information à Sam pour qu'elle puisse faire le point avec l'équipe au sol. Le Dr Keller venait d'arriver sur le pont, se tenant aux nouvelles, prête à bondir vers l'infirmerie du vaisseau au moindre signal.
_ SGA-2 et 3 se trouvent bien dans l'arène, mais pas le moindre de signe de SGA-5.
Ils n'avaient pas besoin de se leurrer, les membres de cette équipe ne devaient plus être en vie à l'heure actuelle, aussi faudrait-il se concentrer pour sauver ceux qui restaient.
_ Colonel, on dirait que l'équipe de Lorne soit en surface, sans doute entrain de combattre dans l'arène.
Fallait-ils les téléporter? Trop risqué, ils risquaient de ramener avec eux des combattants qui ne seraient certainement pas les bienvenus à bord. Carter se fiait à SGA-1 pour savoir comment se présentait les choses en surface.

Sheppard avait pris note des informations qui venaient de leur être transmises. Décidément, c'était une sale journée. Mais dans l'arène s'élevaient des voix discordantes, la panique jouait des tours. Levant les yeux au ciel, le militaire nota que le Hammond laissait planer sa silhouette. Là était sans doute la cause de la cohue. Des spectateurs sortaient des arènes tentant de fuir un fantôme dans l'espace. Grognant comme à son habitude, Ronon observait avec attention le comportement des gens. Bientôt l'inquiétude gagna le grand marché. Malheureusement pour eux, la vallée ne leur offrait pas vraiment d'endroit où se cacher, à moins de quelques ruses.
_ C'est le moment, grogna Ronon.
Le Satédien était prêt à rentre dans l'arène pour voir ce qu'il en était et sauver la mise à Lorne et Valentyne. Pour Mckay, c'était surtout une bonne idée de se faire téléporter sur le Hammond, mais c'était un mauvais coup à jouer que de se faire téléporter en plein milieu d'une folle, les gens comprendraient sans doute qu'il ne s'agissait pas de wraiths… Il ne fallait, là encore, pas prendre de risques inutiles et profiter de l'arriver du Hammond pour s'infiltrer dans les arènes.

Dans l'arène, les survivants tentaient de trouver une issue pour s'échapper. Déjà la Villdyranne menait l'assaut des portes avec une idée derrière la tête. Les autres l'avaient imité, s'armant des cadavres d'épées et de lances abandonnés sur le sable rougit. Les geôliers avaient ouvert les portes qui menaient dans les souterrains, là où les combattants devaient rejoindre leur cellule après avoir survécu à un magnifique bain de sang. Mais les Atlantes montèrent à l'assaut les premiers, profitant d'une courte surprise pour briser les rangs des geôliers. Athala avait sauvagement planter la lame de sa lance dans le larynx de celui qui les avaient envoyé à la mort quelques temps plus tôt. Son rire gras s'était mué en un râle d'agonie misérable alors que le sang lui dégueulait par la bouche. Le reste de l'équipe et Amélia avait suivit le mouvement pour s'engouffrer dans les entrailles de l'arène.
A ce même moment quasiment, l'équipe du Major Valentyne venait de s'échapper de sa cellule alors qu'une femme sortie de l'ombre leur proposait son aide pour sortir de là. Thav'ak et Alex avaient échangé un regard avant de se résigner, même s'il était subtilement entendu que le mercenaire serait le premier à pouvoir l'étrangler si jamais c'était un piège. Mais déjà dans les couloirs des hurlements  déchiraient l'ambiance déjà pesante. Il n'y avait pas une seconde à perdre et déjà SGA-3 prenait la clé des champs pour sortir de là.

Ronon menait la danse, poussant les gens sur son passage pour se frayer un chemin. Par chance, il dépassait tout le monde d'au moins une tête. Rodney continuait de laisser entendre que ce n'était pas une idée mais ces plaintes tombaient dans l'oreille de deux sourds. C'était bien sa veine, mais il n'avait pas l'intention de se faire engloutir par la foule pour se retrouver dans des endroits sordides… Seul… Ils arrivèrent rapidement dans les gradins, découvrant une arène jonché de cadavres d'où il était à première vu impossible de sortir à par les deux pieds devant. D'un premier coup d’œil, Sheppard ne vit aucun des membres de l'équipe de Lorne. Un soulagement et rapidement son attention se porta sur les portes ouvertes comme une gueule béante, à l'entrée une nouvelle tripoté de cadavres. Ronon le remarqua également et jugea qu'il ne devait s'agir de l’œuvre d'Athala et du reste de SGA-2.
_ Ils sont dans les sous-sol, lança Ronon déjà prêt à reparti à l'assaut dans la direction opposée.

Lorne galopait en tête dans les couloirs sombres avant de s'arrêter net en tombant nez à nez avec le Major Valentyne. Pas le temps de demander comment ils avaient fait pour se retrouver ici, même pas autour d'une tasse de thé avec quelques petits gâteaux. Elle s'apprêtait à repartir avec SGA-2 sur les talons mais Evan ne lui en laissa pas le temps.
_ On doit retrouver la fille d'Amélia.
Vraiment ? Comme s'ils avaient du temps à perdre alors que tous les geôliers du l'arène devaient être à leur trousse. Néanmoins, l'américaine compris que la vie de cette enfant ne pouvait pas être laissé de côté.
_ Ok, allez le récupérer, on se retrouve dehors.
Lorne demanda à Amélia et Athala de le suivre tandis que le reste de l'équipe du Lieutenant Colonel repartait au galop derrière SGA-3. Ils bifurquèrent pour remonter vers la lumière et mettre la main sur l'organisateur de ces jeux. Evan n'en restait pas moins inquiet pour Amélia qui semblait affaiblit après autant de combats. Malgré tout, il ne pouvait décemment pas l'empêcher de retrouver sa fille.

A bord du Hammond, de nouvelles communications provenant de Misélia avait laissé entendre que le vaisseau terrien devait faire acte de présence en déclinant son identité et la raison de sa venue. Carter ne laissa filtrer que peu d'informations pour faire gagner du temps à l'équipe du Colonel Sheppard. Des négociations permettaient toujours de gagner du temps.
_ Sheppard, ici Sam, nous avons réussi à négocier une rencontre avec l'organisateur de ses « jeux ».

Mauvais timming… SGA-1 devait rebrousser chemin à présent. La partie était loin d'être terminée et s'annonçait plus compliqué encore. Mais il fallait que quelqu'un s'y colle pour ce qui était des négociations. Sheppard et Mckay devait s'en occuper pour faire gagner du temps à Ronon. Pour l'heure ils manquaient cruellement d'option. Le Satédien disparu dans la foule pendant que les deux terriens prenaient la direction de la sortie pour retrouver l'organisateur. Deux hommes attrapèrent les atlantes par la peau du cou, les traînaient dans un endroit plus calme des arènes. Éloignée des tumultes de l'angoisse populaire la pièce avait été aménagée selon un goût douteux mais très opulent. Debout face à eux se tenait sans l'ombre d'un doute le maître des arènes de Misélia. A ses côtés deux gardes, tous les deux presque aussi imposant que Ronon.
_ Alors comme ça vous voulez récupérer quelques un de Mes combattants ? demanda-t-il de façon très hautaine.
_ C'est ça, on aimerait récupérer nos poulains, lança Sheppard en oubliant que dans cette galaxie l'expression qu'il venait d'employer n'avait pas cours.
_ Vos poulains ?
_ Ce qu'il veut dire, c'est que nous avons besoin de gens vivants et que nous aimerions les récupérer, rattrapa tant bien que mal le scientifique.
Dans un coin de la pièce un enfant se mit à pleurer, intrigant le militaire qui ne laissa rien paraître. Mais les négociations furent interrompu par des bruits derrière eux. Le bruit d'une arme que Sheppard connaissait bien. Ronon venait de surgir avec à ses côtés Lorne, Athala et… Une femme dont le visage lui était familier. Il n'eut pas le temps de prononcer son prénom car déjà elle se ruait vers l'enfant entrain de pleurer.
_ Arrêtez les, hurla l'homme à ses gardes.
Sans attendre le Satédien lança des tires paralysant sur ses assaillants. Amélia récupéra sa fille en l'arrachant aux mains d'une esclave. John ne pouvait pas s'empêcher de faire de l'humour.
_ J'étais sûr qu'on allait réussir à négocier pour une fois.

SGA-3 et le reste de SGA-2 avaient retrouvé la lueur du jour après être sorti de ce labyrinthe de pierres grâce à l'aide de leur guide mais cette derrière avait profité de la cohue générale pour prendre la poudre d'escampette, ne laissant pas l'occasion à Thav'ak de lui mettre la main dessus. Triste déception. Le mercenaire regarda autour de lui pour voir s'il ne trouvait pas trace des autres Atlantes, rien à l'horizon. Il était trop risqué de rester attendre au pied de l'arène mais ils n'avaient pas d'autre choix que de se rapprocher de l'entrer des spectateurs pour espérer retrouver Lorne et sa troupe. C'est alors qu'il vit le satédien surgir hors de la foule, à sa suite d'autres têtes connues.
_ Ici Sheppard, tout le monde est là, demande téléportation à bord du Hammond.
Une lueur vive s'empara de SGA-1, 2 et 3 sans oublié Amélia et sa fille, provoquant une nouvelle fois la panique dans la foule pendant que certains criaient qu'il s'agissait des atlantes.

Le faisceau de téléportation éclaira le pont principale du Hammond. Tout le monde était là, sain et sauf. Mais aussitôt Lorne alla au devant d'Amélia, demanda à l'emmener à l'infirmerie. Sans tarder le Dr Keller s'exécuta et disparu dans les couloirs avec le militaire et la jeune femme avec l'enfant en bas âge.
_ On rentre à la maison, lança Sam.
Le Hammond fit volte face dans l'espace, s'éloignant de Misélia avant de s'éclipser au travers de l'hyperespace. Un a un les membres de l'expédition quittèrent le pont, ne restaient plus que le colonel Sheppard, Mckay et Ronon. Carter se leva de son siège pour aller à leur rencontre.
_ Ravis de vous revoir à bord.
_ Nous aussi… dit Sheppard.
_ Nous sommes tombés sur des fous ! Martela le Canadien.
_ Vous ne croyez pas si bien dire McKay, la galaxie a bien changé depuis notre départ. Je devrais faire un rapport à mon retour sur Terre et ça ne sera pas au goût de la CIS.
_ Ils savaient à quoi s'en tenir en renvoyant Atlantis ici.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [I.02] Gladiators (les arènes)   

Revenir en haut Aller en bas
 

[I.02] Gladiators (les arènes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» GLADIATORS IN SUITS ₪ RPG Politique et juridique
» Luis Mariano - Mexico
» [Fluff and fig' ] LA MAIN DE SIGMAR
» 19 - 20 MAI / ARENES DU GRAOULLY / METZ / MIRABOWL
» Les Meilleures Tribunes de L'Arène

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: version 1.0 :: Archives intrigues-

© Stargate Atlantis, tous droits réservés.