Bienvenue sur la cité d'Atlantis, Invité.
Tous les groupes sont importants, veillez à essayer de les équilibrer.
Quelques ennemis ne seraient pas de trop...
Les possibilités de jeux sont nombreuses pour les humanoïdes en dehors d'Atlantis,
tous ne sont pas obligés de rejoindre la Cité pour jouer ou s'intégrer correctement.

Partagez | 
 

 Claustrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Claustrophobia   Lun 12 Jan - 18:31

Okay, alors je travaillais sur une nouvelle, que j'ai terminée l'autre jour - me faisant ainsi tenir mon unique résolution, ohyeah, et... Hm... Well, j'ai décidé d'arrêter de faire mon égoïste dès qu'il s'agissait de mes écrits, so... Here we are. Vous pouvez lire, vous pouvez commenter, critiquer, corriger (très très apprécié !), ou vous pouvez garder le silence radio Sachez juste que j'vais essayer de la faire publier donc... Fingers crossed :'3
Elle est divisée en trois partie, je publie tout d'un bloc (pour une fois) et... Et puis voilà x)

Claustrophobia


I

Connexion réseau...
Connexion réussie.

Khors
[Perkele ?]

Perkele
[Qu'est-ce que tu veux Khors ?]

Khors
[Hey, on se calme la tigresse. Ca fait un moment qu'on t'avait pas vu dans le coin.]

Perkele
[Je bossais.]

Khors
[Les affaires roulent toujours pour toi, alors ?]

Perkele
[Oui. Bon, qu'est-ce que tu veux ?]

Khors
[J'ai besoin de tes doigts de fée et de tes talents magiques.]

Perkele
[ ? ]
Envoi d'un fichier.
Accepter ? Refuser ?
Fichier reçu.

Khors
[Tu as toutes les informations à savoir sur lui dedans. Interpol le recherche.]

Perkele
[Et t'as besoin que je te le retrouve avant eux, c'est ça ?]

Khors
[Oui ma poule.]

Perkele
[Combien ?]

Khors
[Combien tu demandes ?]
[Perk ?]

Perkele
[Il va falloir que je me déplace, plus les logements et les frais de transport.]

Khors
[1 000 000 ?]

Perkele
[2 000 000.]

Khors
[T'es chère Perk. Qui m'assure que tu le retrouveras et que j'vais pas gaspiller mon blé ?]

Perkele
[C'est ça ou tu fais appel à un détective privé.]

Khors
[Ok. Va pour 2 000 000.]

Perkele
[Je veux une avance.]

Khors
[10 000, ça te suffira ?]

Perkele
[Je devrai me débrouiller avec.]

Khors
[Quand aurai-je de tes nouvelles ?]

Perkele
[D'ici deux semaines.]

Khors
[Perk, soit prudente. Ce type est fou.]
Déconnexion.


◄►


La luminosité et la chaleur du hall contrastaient avec l'apparence sordide de l'extérieur. Alors que la vue d'ensemble sur l'immeuble ne donnait guère envie de venir s'y installer et laissait un goût de ruines, l'intérieur était aussi grand que neuf. Sac sur l'épaule, la jeune femme laissait son regard fureter sur les murs peints dans un jaune criard. Quelques recherches faites sur le net avaient suffit à lui apprendre que la mairie avait décidé de restaurer le bâtiment mais les travaux avaient été abandonnés avant d'être achevés. Bah ! Ce n'était pas le détail d'une peinture non terminée qui allait l'empêcher de déposer ses affaires et de prendre ses marques. De toute façon, cela ne pouvait pas être pire qu'une maigre couverture pour se couvrir l'hiver en dormant à la belle étoile. Au moins, ici, elle avait un toit sur le crâne.
Elle releva la tête, plongeant une main dans la poche de son blazer. Ouais, c'était pas trop mal.
- Pardon Madame, les cartons du déménagement, c'est pour vous ?
Elle se retourna prestement et lança à peine un regard à l'homme qui venait de s'adresser à elle.
- Ouais, quatrième étage appartement B. Laissez tout en plan devant la porte, je me démerderai toute seule.
Le déménageur échangea un regard avec son collègue qui haussa les épaules. Déjà la jeune femme s'était désintéressée d'eux et s'approchait de la porte polie qui lui faisait face. Oubliant les hommes qui s'affairaient dans son dos, ignorant leur souffle bruyant alors qu'ils montaient les escaliers, elle cogna quelques coups discrets contre le bois. Des voix lui parvenaient, probablement émanent d'une quelconque série télévisée avant que le son ne se baisse ; suivit alors le bruit singulier d'un pas traînant sur le sol. Elle grimaça. Il n'y avait rien de plus insupportable à l'oreille que quelqu'un ne sachant pas lever les pieds pour marcher. La porte s'ouvrit, dévoilant une vieille dame au visage aussi ridé que rond et au sourire crispé.
- Excusez-moi de vous déranger, je pensais qu'il s'agissait de la loge du concierge...
- Y en n'a pas ici.
- Oh, très bien. Dans ce cas, laissez-moi me présenter, Jonah Ukkonen, je viens tout juste d'emménager au quatrième, appartement B, et je voulais simplement me manifester. Peut-être même organiser une petite fête demain soir pour faire la rencontre du voisinage.
Sous le regard suspicieux de la grand-mère, Jonah tentait de paraître avenante. Elle s'essaya même à  sourire, ce qui ne sembla guère convaincre son interlocutrice.
- Jonah ? C'est pas un prénom d'homme, ça ?
- Euh, si. Si, c'en est un. Mes parents devaient vouloir un garçon.
Nouvelle tentative de sourire. Nouvel échec.
- Et vous voulez la faire quand, votre petite fête ?
- Demain soir.
Alors que la vieille dame prenait le temps de la réflexion, Jonah se pencha, jetant un rapide coup d’œil à l'intérieur de l'appartement minuscule. Une pièce principale qui faisait office de séjour et de salle à manger. Une porte ouverte derrière la télé, probablement la chambre à coucher. Ou la salle de bains. Elle allait pour se pencher davantage encore lorsqu'un homme, dans la même tranche d'âge que la vieille femme qui était toujours en pleine réflexion, apparut soudainement.
- Greta, c'est pourquoi ?
- Une nouvelle voisine qui veut nous inviter à sa fête des voisins demain soir.
- Ce n'est tellement une fête des voisins c'est surtout pour qu'on puisse faire connaissance...
Mais le couple ne l'écoutait déjà plus. Jonah soupira. Voilà qui lui apprenait à vouloir paraître sociable. Derrière elle, les déménageurs avaient terminés et marmonnaient entre eux. Leur adressant tout juste un signe de la tête, la jeune femme sortit son portable et lança une partie de jeu. Autant s'occuper pendant que papy et mamie pesaient le pour et le contre.
Ce n'est que de longues minutes plus tard qu'elle s'aperçut que le silence s'était fait et elle releva la tête de son jeu. Greta, la vieille dame, la regardait d'un air courroucé. Ok, mamie n'aimait pas attendre.
- On viendra.
L'intérêt retrouvé, la jeune femme observa le couple ridé, attendant la suite de cette affirmation. Mais rien ne vint. Quoi, tout ça pour ça ? Sérieusement ? Retenant un soupire passablement exaspéré, Jonah acquiesça et remercia les époux dans un sourire avant de s'éloigner.
Si tous les autres habitants étaient comme ces deux-là, l'après-midi allait être longue.

◄►


Cigarette au bec, la fenêtre grande ouverte, la jeune femme ouvrit un carton à l'aide du scalpel qui ne la quittait jamais et en tira plusieurs paquets de nouilles instantanées. Vêtue simplement, pieds nus, elle ne semblait pas vouloir imiter le commun des mortels en déballant les cartons pour mieux s'installer. Son séjour dans l'immeuble ne devrait guère durer, il était inutile de perdre du temps pour rien.
Pendant que les nouilles chauffaient, Jonah se laissa tomber sur le sol, un genou replié contre sa faible poitrine et alluma son ordinateur portable. Un rapide coup d’œil sur l'horloge interne de la machine pour s'assurer que son correspondant serait bien connecté.

Connexion réseau...
Connexion réussie.


Perkele
[Khors.]

Khors
[Perk ! Alors, qu'est-ce que t'as trouvé ?]

Perkele
[Je suis sur une piste. Ton gars est très doué pour disparaître.]

Khors
[M'en parle pas. T'es où là ?]

Perkele
[Je peux pas te le dire tant que j'suis pas certaine que ce soit ton homme. Il a changé d'identité et a aussi eu recours à la chirurgie. Retrouver sa trace a été difficile et j'ai plusieurs bonhommes qui collent dans les environs.]

Khors
[Et comment tu vas t'assurer qu'il s'agit bien de mon gars ?]

Perkele
[Je suis pleine de ressources.]

Khors
[Combien de temps ça va prendre?]

Perkele
[J'en sais rien.]
[Un mois ? Peut-être davantage.]

Khors
[…]
[Ca fait long, Perk.]

Perkele
[C'est toi qui m'a voulu, si tu veux pas que j'te ramène un faux, sois patient.]

Khors
[C'est mon fric que tu utilises.]

Perkele
[Erreur. C'est ton fric que TU utilises.]

Khors
[Si tu le dis.]

Perkele
[Je le dis. Un mois, et je te dirai ce qu'il en est.]

Khors
[T'as intérêt.]

Déconnexion.


◄►


- Et d'où venez-vous, précisément, Mademoiselle Ukkonen ?
Devant l'air surpris de la jeune femme, l'autre jugea bon de se justifier.
- J'ai noté votre accent même s'il n'est pas aussi prononcé qu'on pourrait le penser. Vous êtes ici depuis longtemps ?
- Je viens de Finlande mais j'ai beaucoup voyagé, ce qui explique peut-être le fait que je maîtrise si bien votre langue.
- Oh, la Finlande, vraiment ? J'y ai été pendant mes études. C'est un très beau pays.
Jonah acquiesça, saluant d'un petit geste de la main les époux Marchand qui venaient d'entrer dans l'appartement, bras dessus, bras dessous.
- Oh, vous avez réussit à faire sortir Greta et Marc de leur chez eux ? C'est un exploit, surtout pour quelqu'un qui vient juste d'arriver.
- Vraiment ? Ils n'ont pas été bien difficiles à convaincre, pourtant.
- Vous avez bien de la chance ! Il m'a fallut un an et demi avant qu'ils ne sachent que j'habitais dans l'immeuble ! Ils pensaient que je squattais chez quelqu'un.
Les doigts enroulés autour de son verre, Jonah regarda sa voisine éclater d'un rire franc avec un sourire forcé. Si la jeune Claudia avait l'air des plus sympathiques, toujours souriante et avare en commérage, elle ne paraissait guère s'apercevoir de l'ennui de la finlandaise qui, depuis les dix minutes qu'elle avait ouvert sa petite fête entre voisin, enchaînait les verres les uns après les autres dans l'espoir de bientôt finir ivre. Sans aucun succès pour l'heure, si ce n'était une migraine qui pointait le bout de son nez à cause de la voix aiguë de son interlocutrice.
- Et qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Je peux te tutoyer n'est-ce pas ?
- Bien sûr. Je suis, enfin j'étais, étudiante. En info-communication. Pour l'heure, je profite du fait de ne pas avoir encore réussit à trouver d'entreprises pour faire un petit tour du monde.
- Vraiment ? Et quelle branche tu étudiais plus précisément ?
- Le journalisme.
Il y eut un court silence ; Jonah lança un regard en biais à Claudia. Celle-ci la dévisageait comme si elle venait d'entendre une mauvaise blague. La finlandaise ferma les yeux, retint un soupire. D'accord, ses cheveux coupés courts et son piercing à l'arcade sourcilière lui donnaient une vague air d'adolescente gothique mais elle avait quand même eu l'impression que ses nouvelles fringues permettaient de la vieillir et de lui accorder un peu plus de crédibilité.
- Il y a un problème ?
- Oh non, c'est juste que je ne t'imaginais pas dans le journalisme, en fait.
- Et dans quoi tu m'imaginais, alors ?
- Eh bien je... A vrai dire, j'en sais rien.
Et la voilà qui repartait d'un éclat de rire, plus nerveux et contenu que le précédent. Jonah profita du malaise qui s'était installé pour prendre congé et aller accueillir ses autres invités. Son regard hivernal se posait sur des visages rapidement entre-croisés la veille et elle leur accordait quelques sourires polis lorsqu'ils la saluaient. Mais aucun d'entre eux ne semblait réellement lui porter d'intérêt et le sentiment était réciproque.
Parvenue à hauteur du couple de retraités, elle remplit à nouveau son verre qu'elle vida d'un trait et attrapa une chips. Le problème venait peut-être de là ; elle n'avait pas particulièrement cherché à faire d'effort en matière de buffet. Ces bourgeois devaient s'être attendu à un véritable banquet qu'elle n'était pas en mesure de leur offrir. Ou qu'elle ne désirait pas leur offrir.
Portant le verre à ses lèvres, elle s'adossa contre la table. Elle aurait sûrement dû tenter une autre approche que cette petite fête improvisée. Sur les douze habitants de l'immeuble, deux manquaient encore à l'appel. Le premier s'était expliqué ; infirmier, il travaillait de nuit et ne pourrait venir mais lui avait proposé de partager un café, à l'occasion. Jonah n'avait pas pu refuser, sa couverture devant rester intact à leurs yeux innocents. Le second n'avait tout simplement daigné ouvrir la porte de son appartement et elle avait glissé un mot.
Elle n'aurait vraiment pas dû organiser cette soirée.

Un vent léger de musique s'échappait de la fenêtre tandis que ses invités mélangeaient leurs rires en battant les cartes. Sourire hypocrite cloué au visage, Jonah attrapa les dés avec lesquels elle joua machinalement. Depuis une demi-heure qu'il avait été décidé de lancer une partie de cartes, ses invités n'avaient pas été en mesure de se mettre d'accord sur le jeu. Arguant qu'elle avait encore du mal avec les jeux des autres pays, elle était parvenue à faire sauter son tour. Les seuls jeux auxquels elle aimait jouer, en réalité, étaient sur console et avaient pour but de liquider une armée ennemie avant qu'elle-même ne se fasse descendre. Bien loin des belotes ou des batailles qui étaient constamment proposées.
Discrètement, elle lança un regard à sa montre et poussa un soupire. Vingt-deux heures.
- On n'a pas frappé à la porte ?
- Ne change pas de sujet, Tim, on ne fera pas un strip poker.
- Non, je vous assure, il me semble avoir entendu frapper.
- Et il semblerait que vous ayez abusé de ce merveilleux punch, mon cher.
Il y eut un silence et des coups furent frapper contre la porte. Aussitôt, Tim, locataire de l'appartement C du second étage eut un immense sourire ravi qui étira ses lèvres gercées.
- Ah ! Je vous l'avais bien dit !
Quelques soupires se firent entendre mais déjà, Jonah s'était levée et était allée ouvrir. Un homme grand, aux yeux pâles et aux cheveux bouclés lui faisait face, emmitouflés dans un trench coat encore humide.
Enfin, te voilà.
- Bonjour, je suis Mexilimien Fincher, j'habite à l'étage du dessus. Vous m'avez laissé un mot pour m'inviter, il me semble...
Il avait tiré de sa poche le petit morceau de feuille replié que la jeune femme reconnut sans peine. Elle lui accorda un sourire et s'effaça pour le laisser entrer.
- Oui, c'est ça. Je viens d'emménager et je voulais apprendre à connaître le voisinage. Savoir de qui je devrais me méfier ou si je ferais mieux de repartir aussitôt.
Intrigué, il l'observa quelques minutes avant de sourire à son tour. S'il ne devait pas avoir plus de quarante ans, un simple sourire suffisait à le rajeunir d'une dizaine d'années. Il ôta son manteau rapidement et laissa Jonah le lui prendre des mains. Penché pour être à sa hauteur, il en profita pour lui faire quelques confidences à l'oreille.
- Entre nous, je me méfierai des Marchand. Ils ont l'air très avenants mais je sais de source sûre qu'ils ont déjà volé un précédent résident et au moins une voiture.
Surprise, elle se tourna vers lui, essayant de déterminer s'il plaisantait. Mais son expression était grave et il avait dardé sur le couple un regard sombre. Troublée, s'insultant de ne pas avoir pris la peine de faire des recherches sur les autres locataires de l'immeuble, Jonah déposa le vêtement sur le carton le plus proche.
- Bienvenu dans l'immeuble, sinon, Miss... ?
- Ukkonen. Mais appelez-moi Jonah, on va être voisin, après tout.
- Très bien, Jonah. Moi c'est Meximilien, dans ce cas.
Il lui avait tendu une main qu'elle accepta après une courte hésitation. Leurs regards s'accrochèrent quelques instants.
Je sais qui tu es vraiment, Meximilien, inutile de me mentir.
Et d'un geste de la main, elle l'invita à rejoindre les autres convives qui commençaient à s'impatienter.


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.


Dernière édition par M. Rodney McKay le Lun 12 Jan - 18:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Lun 12 Jan - 18:31

II


Connexion réseau...
Connexion réussie.


Khors
[Perk ! Bordel ça fait un bail que t'es pas venue ! Tu foutais quoi ?]

Perkele
[J'étais occupée pour tes recherches.]

Khors
[J'espère pour toi que t'as trouvé qui en vaut la peine avec ton silence !]
[Perk ?]
[Perk bordel réponds-moi !]
[ PERK !]

Perkele
[Je suis là, easy. Oui, j'ai trouvé des info sur ton gars. C'est un pro de la chirurgie, tu savais ça ? Il doit être blindé comme personne. Sur les cinq que je pistais, y en a deux qui sont à exclure.]

Khors
[Et les trois autres ?]

Perkele
[Pour l'instant, l'enquête suit son cours.]

Khors
[Grouille-toi. Si tu continues de traîner, Interpol va le retrouver avant toi !]

Perkele
[Pourquoi il est recherché par Interpol ?]

Khors
[T'occupes.]
[Je veux savoir où est cet enfoiré d'ici deux semaines. Maximum.]

Perkele
[Je pourrai rien garantir d'ici-là.]

Khors
[Je m'en tape, tu te démerdes comme tu veux, je veux une adresse dans deux semaines.]

Déconnexion.


◄►


Accoudée à la fenêtre légèrement entrouverte de l'appartement, Jonah laissait son regard se poser sur la silhouette assise dans le jardin. Sans un mot, sans un bruit, la jeune femme ne quittait son poste d'observation que pour jeter un rapide coup d’œil aux messages qu'elle recevait sur son ordinateur portable. Le silence qui régnait dans l'ensemble de l'immeuble était étrange. Inhabituel pour celle qui regardait sa clope se consumer entre ses doigts. Une large partie de sa vie s'était bâtie au gré des cris des enfants, des klaxons de voitures, d'un fracas de vaisselle permanent. Des assiettes qui volaient à travers la pièce pour aller s'éclater contre le mur le plus proche, laissant leurs débris blesser les pieds nus qui avaient le malheur de trop s'approcher. Et voilà qu'arrivait le silence. Un ami étrange qui parvenait, de sa seule présence, à la faire sourire légèrement et à la rendre mal à l'aise. Il y avait en lui comme une once d'espoir et un soupçon de morbide.
La silhouette se releva et Jonah reporta sur celle-ci toute son attention. Légèrement, sa tête se pencha. La surveillance avait débutée mais l'homme était discret. Plus qu'elle ne l'aurait imaginé. Il ne se mêlait que rarement avec les autres locataires, leur préférant le calme et la solitude du jardin. Comme il lui avait suffit d'une semaine pour noter chacune des habitudes de ses voisins, la jeune femme prenait grand soin de descendre ouvrir son courrier chaque matin à l'heure à laquelle Meximilien remontait la cage d'escalier après son jogging quotidien. Ainsi le croisait-elle régulièrement, lui permettant d'approfondir ses recherches tout en apprenant à connaître l'homme. Il s'exprimait toujours d'une voix douce malgré son air perpétuellement grave et possédait, à l'inverse de la moitié des habitants de l'immeuble, une conversation que Jonah trouvait riche.
Sa clope terminée, elle écrasa le mégot sur le rebord de la fenêtre avant de s'en éloigner. Un rapide coup d’œil en direction de l'ordinateur lui apprit que son employeur continuait de lui envoyer des messages de plus en plus agressifs pour obtenir quelques nouvelles quant à son avancée. Un soupire lui échappa et elle préféra l'ignorer. Il y avait comme quelque chose qui ne tournait pas rond, dans cette histoire étrange. Habituée à faire des jobs pour les mêmes clients réguliers, elle ne serait pas surprise qu'on lui ait dissimuler certains éléments ; mais le fait-même qu'il n'y avait plus aucune trace de ce Meximilien dans les dossiers d'Interpol l'alarmait. Quelqu'un mentait, et elle ne savait pas qui.

- Jonah !
Elle se retourna avant d'avoir le temps de poser le pied sur la première marche. Un sourire ravi étira ses lèvres alors qu'elle reconnaissait la démarche de celui qui l'avait appelée. Prenant appuie sur la rambarde, elle attendit qu'il l'ait rejointe pour reprendre sa montée.
- J'ai vu que tu pilotais une moto.
- Eh bien, tu vois bien. J'en ai une, oui.
- C'est un bel engin.
- Merci.
Il y eut un silence qui l'amusa quelques secondes avant qu'elle ne le pousse légèrement avec l'épaule pour l'inviter à dire ce qui semblait le rendre si gêné et si timide.
- Non c'est que... J'ai aussi une moto dans le garage que je ne sors plus depuis une éternité...
Se retenant de rire devant son air adorablement si maladroit, Jonah s'arrêta devant son palier et, une main posée nonchalamment sur sa poignée, elle l'observait chercher ses mots. Il ne paraissait pas s'en apercevoir et fronçait les sourcils à la manière d'un enfant sur le point de poser une question délicate à l'un de ses parents. Un gloussement discret lui échappa toutefois et il releva la tête, perdit aussitôt son allure timide. Il fronça les sourcils avant de se détendre et de paraître amusé, à son tour.
- Oh, tu as compris ce que je voulais dire mais au lieu de m'aider dans me détresse, tu t'en amuses ? C'est très adulte, ça, Jonah.
- Je sais. Mais c'était plus fort que moi, tu avais l'air si... Perdu. On aurait dit un petit écureuil qui cherchait son gland favoris parmi sa réserve.
- Et c'est censé être mignon ?
- Je n'ai jamais dis que tu avais l'air mignon.
Coupé en plein élan, Meximilien ouvrit la bouche mais resta simplement à la dévisager. Leurs regardent s'accrochèrent, vaguement paniqué pour l'une, faussement sérieux pour l'autre.
- Bon eh bien, si je ne suis pas mignon, je suppose qu'il est donc hors de question de faire un petit tour en moto un de ces quatre ?
- Un petit tour en moto ? Ça fait très... Rabat-joie. Sans vouloir t'offenser. Que dirais-tu d'une course ? On se prépare un petit parcours et on voit lequel de nous deux pilote le mieux.
- C'est pas très juste, je n'ai pas conduis ma bécane depuis au moins quatre ans. J'ai du me rouiller et elle doit l'être aussi.
- C'est pas un problème, on a qu'à échanger les motos, si tu préfères. De toute façon, c'est la façon de piloter qui compte.
Elle lui adressa un clin d’œil, ouvrit la porte, pénétra dans son appartement pour s'y enfermer avant qu'il n'ait le temps de protester ou de réagir. Elle l'entendit marmonner quelque chose, n'en comprit pas le sens et, laissant ses clés tinter contre la table basse, elle retourna près de la fenêtre.

◄►


Connexion réseau...
Connexion réussie.


Khors
[Deux mois sont passés Perk et tu ne m'as toujours rien donné. J'espère que tu as une bonne explication.]
[Perk, crois-moi, t'as pas envie de jouer avec mes nerfs.]

Perkele
[Pourquoi t'es si pressé ?]

Khors
[Ce sont mes affaires, pas les tiennes.]

Perkele
[Ça me concerne quand tu me mets la pression. Alors ?]

Khors
[J'ai des choses urgentes à régler et peu de temps pour le faire.]

Perkele
[Comme quoi ? Qu'est-ce que tu lui veux ?]

Khors
[Cesse de poser des questions et fait ce pourquoi je te paie bordel !]

Perkele
[Ton dossier est plutôt maigre. Il est mention qu'il serait terroriste mais ton gars est clean ici.]

Khors
[J'en ai rien à foutre qu'il soit clean, je le veux, c'est clair ?!]
[Perk ?]

Perkele
[Je vends pas les gens qui sont réglo. C'est mon unique condition, et tu le sais.]

Khors
[J'te paie pas pour décider de si un gars est devenu réglo ou non. Il a un passé et c'est pour son passé que je veux le retrouver. Alors bouge-toi sinon je fais appel à quelqu'un d'autre.]

Perkele
[Laisse-moi un mois. Juste un mois.]

Khors
[Tu as deux semaines. Et je veux un check up d'ici la fin de la semaine avec toutes les info que t'as trouvées. Incluant sa nouvelle identité.]

Déconnexion.


◄►


La bête, dans sa cage, tournait en rond. Une valse improvisée pour la chevelure sombre, une danse mal appréhendée pour son regard givré. Elle s'insulta, tira une clope de son paquet, jeta celui-ci sur le sol, passa une main dans ses cheveux. Quelle conne avait-elle put être. Appâtée par le gain, assoiffée par l'argent, elle en avait oublié jusqu'aux plus basiques notions de son job. Oublié jusqu'au fondement de ses principes. Aveuglée par ce fric resplendissant et puant la promesse, elle s'était jeté sur le dossier, parcourant avec une avidité à peine dissimulé les informations qu'on lui avait balancé.
Sans jamais rien vérifier.
Alors qu'entre ses doigts roulaient la cigarette, Jonah posa ses yeux pâles sur l'écran de l'ordinateur. De nouveau, son cœur sembla cesser de battre dans sa poitrine alors qu'elle ne reconnaissait aucun des visages affichés. Les criminels les plus recherchés, les dossiers des principaux suspects. Aucun Goran Arkasov. Aucun Meximilien Fincher.
Elle laissa ses paupières s'abattre sur ses yeux froids, soupira une énième fois. Son instinct lui avait soufflé cette possibilité il y avait bien longtemps. Bouchée, obstinée, elle n'avait rien voulu savoir. Envoûtée, elle avait refusé d'admettre la possibilité que son employeur soit celui qui lui ait mentit. Impossible pour elle de concevoir l'idée que l'homme qu'elle traquait était, en réalité, la victime. L'écran devint noir, la veille de la machine avait débuté. Jonah ne bougea pas, conservant son regard rivé sur son outil de travail. Jamais encore elle n'avait été confrontée à un tel cas de figure. Jamais encore, elle n'avait été assez conne pour se faire duper comme une débutante. Pitoyablement, elle se laissa tomber sur le sol. Enfant brisée, jeune femme ravagée.
Entre ses lèvres pincées, une insulte.
Pour elle.

Posé sur le rebord de la fenêtre, les vibrations résonnant dans l'ensemble de l'appartement vide, le portable sonnait. Dans le vide. La jeune femme lui accorda un coup d’œil presque craintif, ne retint pas un frisson en découvrant un numéro masqué. Il aurait pu s'agir d'un quelconque opérateur téléphonique, n'importe quel ordinateur prêt à lui vendre sa marchandise à un soi-disant bon prix ; mais elle savait qu'il s'agissait que lui. Khors. De nouveau, elle était devenue discrète sur la toile, silencieuse lorsqu'il était présent, prêt à l'agresser pour obtenir les renseignements qu'elle conservait jalousement. De nouveau, il s'était emporté, proférant menace et injures à son encontre.
Un appel manqué.
Elle déglutit.
Le silence de l'appartement ne lui avait jamais parut aussi pesant. Le vide de l'appartement ne lui avait jamais parut aussi oppressant. Elle suffoquait, étouffée par sa propre stupidité, étranglée par la décision qu'il lui restait à prendre. Dénoncer ou taire.
Lâchant la clope, la jeune femme porta une main à sa gorge, pliée en deux contre le parquet. Elle aurait voulu dégueuler sur ce bâtard qui s'était joué d'elle, dégueuler sur l'autre bellâtre brun aux yeux d'hiver qui avait conservé ce voile de mystère. Elle s'asphyxiait. Se contemplait sans réellement le savoir.
De nouveau, la sonnerie de son portable retenti. Reposante par sa violence, agressive par son tempo. Le batteur donnait l'impression de vouloir casser les cymbales à défaut de savoir les caresser mais le piano en arrière fond, lui, paraissait vouloir apaiser les maux, apaiser les douleurs.
Alors, les larmes jaillirent d'elles-mêmes.


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.


Dernière édition par M. Rodney McKay le Lun 12 Jan - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Lun 12 Jan - 18:31

III


Nouvel appel en absence. Encore.
Sans faire mine de vouloir lire le numéro de son correspondant, la finnoise claqua la porte de son appartement. Les clés, enfoncées dans la serrure, tintèrent. Elle les reprit, enfonça son poing fermé dans la poche de blazer. Sur son visage en porcelaine, la seule émotion lisible restait la froideur qu'elle avait affiché en arrivant dans ces lieux. Dans cet appartement.
D'un pas rapide, elle descendit les marches, les étages, jusqu'à parvenir au rez-de-chaussé.
- Ah tiens Jonah ! Je commençais à m'inquiéter, ça fait trois jours que je ne t'avais pas vue.
Elle releva ses yeux de glace vers la silhouette gracile de Claudia. La jeune femme affichait un large sourire de mannequin, rayonnante d'un bonheur qu'elle semblait vouloir partager.
- Oh, oui, je n'étais pas très bien.
- Ah ! Tu m'étonnes ! Avec tous ces virus qui traînent en ce moment. Entre la grippe, la gastro, les rhumes... Enfin. J'espère que tu t'es bien remise.
- Oui, merci.
Voyant que sa voisine ouvrait de nouveau la bouche, Jonah préféra la devancer.
- Excuse-moi, j'ai un rendez-vous assez important à l'extérieur de la ville et je suis déjà en retard...
- Oh bien sûr, pas de problème. A la prochaine alors.
Elle hocha la tête, traversa le hall principal. Dehors, givrée par le froid de l'hiver mais vaillante contre le froid de l'époque, sa moto l'attendait. L'engin paraissait savoir qu'un long chemin l'attendait encore et à peine la jeune femme avait-elle mis le contact que le moteur se mit à vibrer doucement. La fumée s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle soufflait.
Une dernière fois, elle leva la tête, aperçut la fenêtre ouverte qui donnait sur son appartement. Son cœur se serra.

La moto filait à toute allure sur la voie rapide. Libérée d'une contrainte qui l'avait longtemps retenue enchaînée mais lourde d'un poids nouveau. Celui d'un message, envoyé sur un chat privé. Une adresse. Un nom.
Meximilien Fincher, cinquième étage, appartement C.


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Lun 12 Jan - 21:02


Eh bien, c'est très intérêssant à lire tout ça, je dois avouer avoir lu ta nouvelle d'une traite. On se laisse très facilement porter par l'histoire en elle-même, qui est intérêssante et prenante, les personnages sont certes peu nombreux mais c'est plutôt une qualité ici, comme ça on ne se perd pas dans le jeu de "Qui est qui". C'est peut-être idiot à dire mais j'ai apprécié le fait que l'héroïne ne soit pas américaine. Car le héro/l'héroïne est presque toujours américain quand on y penses bien. Pour ce qui est d'ailleurs des personnages, s'il n'y a pas de longues descriptions autant physiques que psychologiques, il n'en reste pas moins que l'on en connait suffisamment pour en avoir une petite idée (ou s'en faire une selon). Le seul petit défaut que j'y trouverais, c'est que c'est trop court. Oh je ne dis pas que c'est bâclé ou quoi que ce soit d'autres, disons que c'est très prenant et je trouve - d'un avis tout personnel - qu'on arrive trop rapidement à la fin *.*
Revenir en haut Aller en bas
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Mar 13 Jan - 18:39

Ca rejoint, globalement, les écho que j'ai eu jusque-là, du coup, ça me rassure pas mal xD Merci énormément pour ton avis, il m'aide vraiment Et me touche aussi Smile C'est vrai que je n'ai pas mis beaucoup de personnages, et la moitié sont relativement secondaires, mais comme tu dis, y a d'une part l'envie de rester assez clair dans le fait de savoir qui est qui, et aussi parce que j'avais vraiment envie que tout tourne autour de Jonah, sans me laisser distraire par tel personnage, ou tel autre.
Pour l'héroïne d'origine finnoise... Oui, en fait c'est mon petit truc du moment Je fais la moitié de mes perso polonais/irlandais, l'autre moitié finnois du coup Rolling Eyes (avec quelques américains par-ci, par-là ). Et en fait, Jonah avait été créé pour un forum (qui se passe aux USA, mais du coup j'avais bien bossé sa fiche et elle était finnoise, je me voyais pas changer ce détail, surtout que dans ma tête, l'action se passait en France, bien que jamais précisé par choix, et je voyais plus simple qu'une européenne échoue en France qu'une américain '-').
Pour la durée, je vois ce que tu veux dire D'un côté, j'suis hyper touchée et contente vu que... Eh bien, ça prouve que si vous l'avez trouvé trop court (tu es la troisième personne à me le souligner et j'ai un sourire sadique à chaque fois xD) c'est que vous étiez vraiment plongé dedans J'avoue que je ne pouvais pas m'épancher de peur de... 1. finir par me perdre dans ce que je raconte (j'ai déjà remarqué deux/trois éléments qui se répètent un peu mais vu que personne ne m'en fait la remarque, je me dis que ça passe assez bien ) et du coup, radoter à mort 2. finir par me lasser et ne pas aller jusqu'au bout de la nouvelle (c'est la première fois - de ma vie - que je termine quelque chose que je commence, j'ai, par exemple, un roman sur le feu depuis que j'suis en 5ème, donc ça doit faire 6 ou 7 ans peut-être xD et j'en suis qu'au chapitre 1... Rolling Eyes ). Après, ce n'est pas encore la version définitive, je voulais peut-être la faire à un correcteur de métier (il a déjà corrigé de grands noms dans le domaine de la littérature ) avec qui je m'entends très bien pour avoir un avis "professionnel" en quelque sorte et peut-être que je rajouterai deux/trois éléments Smile
et peut-être qu'un jour, vous la trouverez en vente dans vos librairies préférées
En tout cas merci, je prends bonnes notes de tout ce que tu me dis


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Ven 23 Jan - 11:24

C'est tout simplement génial, et superbement bien écrit ! *o*

En plus on est pris dans l'intrigue et le suspens, et on adopte tout de suite ton personnage principal ! Et personnellement quand je lis un excellent roman ou une nouvelle, et bien je m'imagine les décors et tout, et là c'était le cas, donc je te félicite ! \o/

Je trouve que ça fait juste la bonne taille de texte, ni trop court ni trop long, mais si tu rajoute deux ou trois petits trucs en plus, ça ne sera pas bien grave.

J'espère sincèrement que tu réussiras à te faire publier, et lorsque ça sera le cas, je te ferais une promo de malade auprès de plusieurs personnes accros de littérature que je connais, qui eux mêmes feront de la pub et ainsi de suite, vive le bouche à oreille ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Admin ◮ Lieutenant-Colonel
avatar



◮ DOSSIERS : 928
◮ Y.O. : 44
◮ HERE : sur le dödsriket
◮ JOB : sauver sga-1
◮ COMPTES : le génie, la pyro, indiana jones botaniste, le guérisseur, l'adoratrice, la vagabonde et le toxico


de'elnyssa ✩ partenaire




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Ven 23 Jan - 16:47

Merci beaucoup pour ton avis
J'ai passé Claustrophobia a un correcteur professionnel, il a accepté de la lire et de me donner son retour, qui devrait arriver ce week-end (je stresse, si vous saviez ._. Je crois que même le permis ne m'a pas autant stressée) et je verrai selon ce qu'il dit pour tenter la publication. J'essaie de me renseigner, pour l'heure sur les maisons d'édition susceptibles d'accepter des nouvelles etc Smile

Merci en tout cas, ça me fait très plaisir



lt-col. aimant-à-problèmes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Mar 3 Mar - 14:11

J'sais pas si ça intéresse des gens mais j'peux vous tenir au courant de l'avancée de mon projet de publication

Le correcteur professionnel m'a donc donné son avis, plutôt positif dans l'ensemble d'ailleurs et il m'a même proposé de me corriger Claustrophobia de son propre chef Comme il est très occupé, il ne sait pas quand il pourra le faire, mais comme il y a un festival en mars, on devrait se revoir donc j'verrai s'il a eu le temps d'ici-là ou non
Et du coup, son avis m'a bien encouragée à essayer de sauter le pas de la publication. Au moins pour dire d'essayer car je m'attends pas à un miracle x) Du coup voilà


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Mar 3 Mar - 18:55

Yeah !!!! \o/ Félicitations ! C'est déjà un grand pas de fait vers la publication ! Very Happy

Je fait péter le champomy et les cookies pour fêter ça
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

Invité




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Sam 7 Mar - 0:26


Félicitations !!  
Ça c'est une excellente nouvelle !!  
Revenir en haut Aller en bas
Admin ◮ Génie
avatar



◮ DOSSIERS : 2205
◮ Y.O. : 47
◮ HERE : cité d'atlantis
◮ JOB : sauver le monde
◮ COMPTES : evan, alex, julian, harikee, kanavu, liara, rafael


TO DO LIST
(need to be thinked one more time)


You don't know what terrifies me, do you? Yes, I'm not a big fan of whales, of course. Nor Wraith. Nor diseases, but that's not what I'm talkin' about. I'm scared of loosing you. Because you're wonderful, you're great. Because when you look at me, I feel like I'm invincible. You're the only one that really sees me, who knows me. You're the greatest thing that could ever happened to me. You make me a better person, probably a better genius though it's complicated. And then, I think that there's so many guys better than me. Better for you. And I can't help but be terrified that one day, you're just going to run away with some guy like Ronon. That's how much I love you.




MessageSujet: Re: Claustrophobia   Lun 6 Avr - 15:00

Mercii

Il n'a pas encore eu le temps de s'y mettre, mais voilà. De mon côté, j'ai commencé à me renseigner sur les maisons d'édition qui publient des nouvelles, j'ai rencontré une éditrice qui m'a filé quelques tuyeaux aussi Bref, les choses commencent à se faire petit à petit


L E A D E R S H I P i could take you down the hall to the labs and just point at the people who annoy me more than the rest, but that's about as useful as i get.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Claustrophobia   

Revenir en haut Aller en bas
 

Claustrophobia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Hors RPG :: Fictions-

© Stargate Atlantis, tous droits réservés.