Bienvenue sur la cité d'Atlantis, Invité.
Tous les groupes sont importants, veillez à essayer de les équilibrer.
Quelques ennemis ne seraient pas de trop...
Les possibilités de jeux sont nombreuses pour les humanoïdes en dehors d'Atlantis,
tous ne sont pas obligés de rejoindre la Cité pour jouer ou s'intégrer correctement.

Partagez | 
 

 Liara K. (titre en coours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin ◮ Vagabonde
avatar



◮ DOSSIERS : 97
◮ HERE : errant dans la galaxie
◮ JOB : vagabonde, voleuse, mécano
◮ COMPTES : mckay, lorne, valentyne, wilson, kanavu, top'ha, de medicis







MessageSujet: Liara K. (titre en coours)   Dim 5 Avr - 22:33



Liara Lil Kaidan
1985 ϟ naissance de liara kasumi. date ϟ événement.  date ϟ événement.  2008 ϟ rencontre avec atlantis. rencontre avec les furlings.  date ϟ événement.  date ϟ événement.  2013 ϟ atlantis est détruite par une attaque ennemie ; emporte avec elle deux vaisseaux ruches.  2014 ϟ traversée d'une brèche interdimensionnelle.  2015 ϟ événement.
Liens à ajouter + kaidan (scénario)
kanavu (voir rp)

liara est la cousine de kaidan. élevés ensemble, ils ont souvent été confondus, plus jeunes, avec des jumeaux, puis pris pour des amants une fois l'âge adulte atteint. leur relation, très fusionnelle, a d'ailleurs souvent attirée l’œil ; c'est pour cette raison qu'ils ont cessé de se présenter comme étant cousins. afin d'éviter de paraître trop proches aux yeux des autres. ϟ elle, et donc kai par la même occasion, est originaire d'une autre dimension. une réalité parallèle, plus exactement. dans leur réalité, atlantis a récemment été détruite, emportant dans sa destruction pas moins de deux vaisseaux ruches et déclenchant une forte rivalité entre les différentes ruches restantes. mais la guerre fait rage et chaque jour, plus de pégasiens périssent. leur arrivée dans cette réalité-là est dû au hasard, rien d'autre. ϟ elle possède un accent très prononcé qui rappelle celui des australiens. de même, bien qu'elle parlât le même langage que les atlantes dans sa réalité, il s'avère que l'anglais diffère dans cette dimension. aussi est-il possible de l'entendre avoir des expressions étranges ou commettre des erreurs de grammaire basiques. ϟ elle a été mariée. son mari était, par ailleurs, un atlante mais elle a toujours refusé de le suivre sur atlantis, préférant sa liberté et son amour pour l'espace et sa propre navette étant trop grand pour qu'elle ne fasse ce sacrifice. son époux, joseph montgomery, est décédé, tué de sa propre main alors qu'un wraith se nourrissait sur lui après qu'il ait subit plusieurs tortures. elle expliquera un jour, se confiant à kaidan et uniquement à lui, que si elle a tué joseph, c'était pour l'empêcher de devenir un adorateur des wraiths. elle ne semble pas éprouver de remord au souvenir de cette journée. ϟ si elle possède des connaissances en sciences, celles-ci restent vagues. en revanche, ses connaissances en mécaniques sont riches et il n'est pas rare qu'elle trouve un moyen de repousser les limites de sa navette qui a, d'ailleurs, de la technologie alien très avancée. ϟ dans sa dimension, il semblerait que les furlings ne se soient pas éteints et aient fait don d'une faible partie de leurs connaissances, principalement médicales et technologiques, aux atlantes. liara a brièvement rencontré l'un de leur représentant sur la cité.
liens recherchés
(f) l'amie proche - postif
elle est le point féminin fixe dans la vie de liara. celle qui avait toujours manqué à la jeune femme. elle lui permet de parler potins et ragots, lui permet de ne pas toujours réfléchir comme un soldat et de dévoiler la part féminine qu'il y a au fond d'elle. sur bien des points, elle est un peu la sagesse chez liara, celle qui lui permettra de prendre conscience de bien des choses.
(m) le combattant intrépide - positif
il est son adversaire préféré sur bien des points. celui qui la laisse gagner lorsqu'elle s'acharne durant des heures pour le mettre à terre, celui qui lui prodigue divers conseils sur ses techniques maladroites de combat.
(f) la pot-de-colle - négatif
elle est celle que liara ne peut encadrer. celle qui la suit, ou qui suit kaidan. celle qui pose trop de questions, celle qui n'est pas la plus adroite, celle qui agace. liara n'a pas sa langue dans sa poche et plusieurs fois, les choses ont manqué de mal se terminer. mais elle continue de les suivre. et liara en a vraiment marre.
(m) le fournisseur - positif
il est scientifique. ils se sont tout de suite entendu et ont rapidement parlé de la navette de liara. il a compris qu'elle la bichonnait et qu'elle n'avait de cesse de lui apporter des modifications. il l'aide dans sa tâche. il lui confectionne parfois des objets ou des améliorations techniques et l'aide à les ajouter à sa navette. parfois, il créé une arme pour elle. et elle lui en est reconnaissante. ensemble, ils font du troc, parfois même un semblant de trafic. ils sont les seuls au courant de leur manège, mais peut-être se décideront-ils à l'étendre ?
(f) nature du lien
description.
(m) nature du lien
description.
fiche de night sky. / avatar de arte. / gif de tumblr



ϟ you're from a whole 'nother world, a different dimension


Dernière édition par Liara Kasumi le Jeu 14 Mai - 20:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Vagabonde
avatar



◮ DOSSIERS : 97
◮ HERE : errant dans la galaxie
◮ JOB : vagabonde, voleuse, mécano
◮ COMPTES : mckay, lorne, valentyne, wilson, kanavu, top'ha, de medicis







MessageSujet: Re: Liara K. (titre en coours)   Dim 5 Avr - 22:34




harikee top' ha
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar gingercat.
alex rach valentyne
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar wild rhapsody.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.



ϟ you're from a whole 'nother world, a different dimension


Dernière édition par Liara Kasumi le Ven 10 Avr - 13:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Vagabonde
avatar



◮ DOSSIERS : 97
◮ HERE : errant dans la galaxie
◮ JOB : vagabonde, voleuse, mécano
◮ COMPTES : mckay, lorne, valentyne, wilson, kanavu, top'ha, de medicis







MessageSujet: Re: Liara K. (titre en coours)   Dim 5 Avr - 22:34




kaidan kai kasumi
cousin, whole family
Tu es mon cousin, de ce fait, tu es ma seule famille. Nous avons grandis ensemble, été élevés ensemble. A nous deux, nous formions un duo impérissable et indomptable. Nous étions aussi complémentaires que différents et c'est sans doute ce qui nous a permis d'être aussi proches. On nous prenait pour des jumeaux, nous nous en amusions. Mes sentiments à ton égard ne cessent d'augmenter, je te protégerai jusqu'au dernier jour de ma vie, jusqu'à mon dernier souffle s'il le fallait. Il est hors de question que je te perde. Je sais que notre relation paraît parfois suspecte aux yeux des autres, qu'on nous pense bizarres ou malsains, mais tu comptes bien trop pour moi pour que je t'autorise à disparaître sans avoir mon mot à dire.
© avatar ghost.writer.
mer rodney mckay
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar ghost.writer.
kanavu
guérisseur timide
Kanavu, petit guérisseur amusant. Tu es apparu pour me soigner quand tous tes amis s'occupaient de Kaidan. Tu as insisté pour t'occuper de moi et j'ai finis par te laisser faire ; le dialogue, tu le faisais tout seul. Tu aimes parler, tu dis beaucoup de choses étranges et souvent pour ne rien dire, mais tu as réussit à m'amuser. Quand je t'ai expliqué que ma navette s'était crashée, tu as tenu à m'aider. C'est donc avec ton aide que j'ai pu réparer mon astronef ; je t'ai promis que je repasserai sitôt j'aurai trouver de l'aide pour te faire faire un tour. Tu es gentil et amusant, tu me plais bien.
© avatar arte.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.
prénom prénom nom
nature du lien
Il la prit, elle tombait, il la prit dans ses bras, il la serra étroitement sans avoir conscience de ce qu’il faisait. Il la soutenait tout en chancelant. Il était comme s’il avait la tête pleine de fumée ; des éclairs lui passaient entre les cils ; ses idées s’évanouissaient ; il lui semblait qu’il accomplissait un acte religieux et qu’il commettait une profanation. Ducostte-1.jpg reste il n’avait pas le moindre désir de cette femme ravissante dont il sentait la forme contre sa poitrine. Il était éperdu d’amour. Elle lui prit une main et la posa sur son cœur. Il sentit le papier qui y était. Il balbutia : « Vous m’aimez donc ? » Elle répondit d’une voix si basse que ce n’était plus qu’un souffle qu’on entendait à peine : « Tais-toi ! tu le sais ! » Et elle cacha sa tête rouge dans le sein du jeune homme superbe et enivré. Il tomba sur le banc, elle près de lui. Ils n’avaient plus de paroles. Les étoiles commençaient à rayonner. Comment se fit-il que leurs lèvres se rencontrèrent ? Comment se fait-il que l’oiseau chante, que la neige fonde, que la rose s’ouvre, que mai s’épanouisse, que l’aube blanchisse derrière les arbres noirs au sommet frissonnant des collines ? Un baiser, et ce fut tout. Tous deux tressaillirent, et ils se regardèrent dans l’ombre avec des yeux éclatants. Ils ne sentaient ni la nuit fraîche, ni la pierre froide, ni la terre humide, ni l’herbe mouillée, ils se regardaient et ils avaient le cœur plein de pensées. Ils s’étaient pris les mains, sans savoir.
© avatar night sky.



ϟ you're from a whole 'nother world, a different dimension
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Liara K. (titre en coours)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Liara K. (titre en coours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?
» Bélier (limite minimale du nombre de caractère du titre : check !)
» J'ai pas de titre plus imaginatif que ça.
» Titre de Noblesse et Rang de Werlhoisie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: version 2.0 :: Archives fiches-

© Stargate Atlantis, tous droits réservés.