Bienvenue sur la cité d'Atlantis, Invité.
Tous les groupes sont importants, veillez à essayer de les équilibrer.
Quelques ennemis ne seraient pas de trop...
Les possibilités de jeux sont nombreuses pour les humanoïdes en dehors d'Atlantis,
tous ne sont pas obligés de rejoindre la Cité pour jouer ou s'intégrer correctement.
De nombreux Postes Vacants et Scénarios vous attendent !
Nous attendons avec impatience la venue d'habitants comme
Laura Cadman, Carson Beckett, Todd ou encore Samantha Carter !

Partagez | 
 

 Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Dim 23 Aoû - 14:03

Il faisait royalement beau cette après midi là. Le parrain de Corey avait enfin décider de le laisser sortir de la cité depuis la dernière catastrophe qu'il avait provoquer. Oui parce que arriver à perdre un engin d'exploration sur une planète, c'était un peu considérer comme étant une catastrophe. Bref, le jeune homme avait donc eut le droit de sortir. Tout heureux, il faisait tout ce qu'on lui disait, plus ou moins bien. Il avait enfiler un jean assez large, beige et pas épais, ce qui lui allait car comme ça il n'avait pas chaud. Il portait un t-shirt bordeau unis pour une fois et le gilet sans manche de la cité, il avait accepter de le mettre étant donner que personne ne savait ce qu'il y aurait sur la planète mais comme Corey se tuer à le dire, si des gens mal attentionné venait à leur tirer dessus, une gilet par balle humain ou non, ne changerait rien, vu les balles des autres. Enfin. Donc Corey avait commencer à faire ce qu'on lui demandait, surtout son parrain. Il allait chercher le matériel, déposait les découverte dans leurs boites et attendait patiemment qu'on vienne le rappeler. Il vit quelque chose attirer son regard comme d'habitude. Il demanda donc l'autorisation :

"Professeur, il y a quelque chose là-bas, je peux aller voir ?"

Son parrain soupira, Corey l'appelait Professeur quand ils étaient avec les autres, ce qui voulait dire 95% du temps. Il sourit et lui dit :

"D'accord C.R mais reste à porte de vu, nous repartons dans pas longtemps..ne te perds pas !"

"Tu me connais."

"Justement !"

Corey roula des yeux et se dirigea donc vers ce qu'il avait vu, il avait enfiler des gants pour ne pas se faire piquer par quelques choses. Puis il se mit à fouiller. Il trouva des pierres avec des insciptions dessus. Il note tout sur son calepin et s'avança pour continuer de chercher. Au bout de plusieurs minutes, son parrain releva la tête et ne le vit plus. Il appela une jeune militaire et lui demanda :

"Excusez moi, pourriez vous aller chercher Corey s'il vous plait ? Il est partie dans cette direction. Je dois rassembler le matériel, nous ferrions mieux d'y aller, nous ne savons pas les température de cette planète la nuit."

Il lui lança un agréable sourire. Il était apprécier de toute le monde, mais Corey un peu moins à cause de sa maladresse et de son incapacité à rester en place. LE jeune homme était proche d'une falaise qui donnait sur une cascade, il regarda ça de prêt mais sans tomber. Il entendit du bruit derrière lui. Il fit sans même se retourner, ce qui est dangereux quand on ne sait pas qui est derrière soit.

"Venez voir,il faut que je vois ces pierres, il y a des trucs inscrits dessus, ça parle de cette planète, des peuples qui vivaient ici, c'est super comme découverte."

Il fit un peu et un léger craquement se fit entendre, sauf pour Corey qui était bien trop prit à tendre le bras pour attraper le morceau de pierre.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 805
◮ Y.O. : 35
◮ HERE : somewhere
◮ JOB : Major de l'United States Marine Corps // leader de sga-3
◮ COMPTES : l'hypocondriaque, le poissard, le fou à lié, le naïf, la menteuse, la perdue et le mégalo


uc.



Dossier personnel
COMBAT:
20/1000  (20/1000)
SCIENCE:
1/1000  (1/1000)
EXPLORATION:
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Jeu 27 Aoû - 10:23

Le soleil cognait fort mais la jeune femme ne paraissait pas souffrir de la chaleur. Elle était assise sur un tronc d'arbre, les jambes tendues devant elle, la clope au bec, les yeux dissimulés par une paire de lunette aux verres teintés. Tout autour d'elle, le reste de la petite équipe vaquait à ses occupations. Et elle, elle se faisait chier. Ce n'était pas son équipe alors elle tirait la gueule. On lui avait assigné cette fausse-mission parce que dans la dernière en date, elle avait été blessée au niveau de l'épaule – rien de bien méchant et surtout rien que dans antalgiques ne puissent lui faire oublier – alors les vrais missions où ça tire dans tous les sens et où il faut courir pour se foutre à l'abri, c'était exclu pour elle pour une durée encore indéterminée. Selon le doc. Quels emmerdeurs, quand même. Elle se retrouvait à devoir jouer les baby-sitters pour des pseudo-scientifiques qui étudiaient elle-ne-savait-pas-trop-quoi (parce que bon, y avait rien à étudier sur c'te putain de planète, fallait le reconnaître) en compagnie de deux Marins qui étaient plus rigides encore que les arbres qui peuplaient la planète. Et c'était pas peu dire. Ni peu penser. Les premières heures, elle avait fait le tour du périmètre, s'assurant qu'aucun danger ne rôdait dans les environs avant d'autoriser le Prof' et son petit élève à gambader dans un rayon de trois kilomètres. Parfois, elle demandait à l'un des Marin si le détecteur de signe de vie indiquait quelque chose mais comme la réponse était restée négative pendant toute la première heure, Alex avait décidé que l'affaire était bouclée et avait fait de ce tronc d'arbre desséché, son siège. Et depuis, elle se contentait de lancer un coup d’œil à sa montre de temps à autre, poussait quelques soupires ennuyés. Et attendait. Alors les clopes s'enchaînaient, elle jetait les mégo sur le sol, les écrasait du bout du pied et les observait ensuite. Sans jamais parler. Parce qu'elle avait vraiment autre chose à foutre que de bavasser.

Même lorsque le Prof l'interpella, le major se contenta de lever la tête vers lui, les yeux inertes derrière ses lunettes de soleil. Dans un soupire las, elle se releva. « Hey, vous, là. Ouais toi ou l'autre, je m'en fou. Aidez le Prof à ranger le matériel, j'en n'ai pas pour longtemps. Mais si on n'est pas là d'ici vingt minutes, vous allez dans le Jumper. Et si on n'est toujours pas là au bout d'une heure, vous rentrez sur Atlantis. Sans discuter. » Elle ne connaissait le nom d'aucun des deux marins mais ceux-ci acquiescèrent à ses ordres. Bien. C'était pas Aladdin, mais au moins, ils lui obéiraient et la joueraient pas super héros. Elle attrapa son P90, qu'elle avait posé à ses côtés et se dirigea dans la direction qui lui avait été indiquée. Outre le bruit de ses pas à chaque fois qu'elle avançait, la militaire n'entendait pas grand chose. Et ça, c'est pas bon signe. Alors, son instinct lui soufflant de devenir prudente, elle avança plus lentement avant de discerner une silhouette au bord d'une falaise. Reconnaissant la tenue extravagante du gamin recherché, elle leva les yeux au ciel. Elle n'eut même pas le temps d'en placer une que déjà, il s'extasiait sur quelques cailloux. Waoh. Super intéressant. Elle retint son sarcasme et s'avança d'un pas. « Désolée pour tes cailloux, mais il se fait tard, faut qu'on rentre. Maintenant. » Mais autant parler à un mur ou à un sourd incapable de lire sur les lèvres. Il ne l'écoutait pas, ou du moins, c'est ce qui lui semblait vu qu'il ne prit même pas la peine de se retourner ou de s'excuser d'être une véritable tête de mule et se pencha encore plus en avant. Elle était à quelques mètres de lui. Trop loin pour pouvoir l'attraper juste en tendant le bras mais suffisamment près pour entendre distinctement le bruit d'une fissure qui se créée à mesure que le gosse continuait d'essayer d'attraper sa pierre. Alex n'eut même pas le temps de l'avertir. Elle se précipita en avant, prête à tirer l'élève vers elle mais il était déjà trop tard. La falaise, sans doute vieille de plusieurs milliers d'années, ne supporta pas le poids et le rocher sur lequel ils se trouvaient et qui était, semble-t-il, rattaché à la falaise que par la magie de la nature, céda. Son seul réflexe fut d'attraper le gamin, de le plaquer contre elle alors qu'ils tombaient. Réflexe inutile, mais réflexe quand même.

Contre toute attente, quand ils percutèrent quelque chose, ce ne fut pas un sol dur. Au contraire. Alex se sentit s'enfoncer dans un liquide et il lui fallut plusieurs minutes avant de comprendre que c'était de l'eau. Elle avait finit par relâcher Corey et elle battit des jambes afin de se propulser vers la surface de l'eau. Elle en émergea, tête la première, bouche ouverte pour récupérer un maximum d'air. Pas le temps de reprendre sa respiration normalement déjà, le major cherchait le gamin des yeux. Il lui semblait l'apercevoir, un peu plus loin et, effectuant un crawl olympien, elle le rejoignit. Elle l'attrapa par l'épaule et, sans aucune délicatesse, l'obligea à tourner la tête dans un sens, puis dans l'autre pour vérifier qu'il n'était pas blessé. Elle hocha la tête, satisfaite. Avant que ses yeux ne s'écarquillent et qu'elle plonge ses mains dans ses poches. « PUTAIN ! » gueula-t-elle sans préavis. Ses clopes étaient foutus. Son paquet avait pris l'eau et lorsqu'elle l'ouvrit, elle constata que ses rares cigarettes restantes étaient toutes aplaties ou plein d'eau. Mais quel gâchis. Elle resta un instant à observer le désastre avant de regarder autour d'elle et d'apercevoir une berge accessible. « Toi, tu viens. » Elle n'avait pas lâché le jeune garçon et, nageant à moitié dans l'eau, elle le traîna jusqu'à la terre ferme où elle le poussa avant d'elle-même rejoindre le sol sec. Ses vêtements dégoulinaient mais ce n'était pas son occupation première. D'abord, elle s'assura que son P90 pouvait encore servir et, quand ce fut le cas, elle tira son 9mm de son holster, le démonta et vérifia l'intérieur. Lui, en revanche, était devenu inutilisable. Fais chier. Elle attrapa ensuite sa radio. « Toi, tu bouges pas d'un pouce sinon j't'en colle une direct, c'est compris ? » Ses yeux suffisaient pour comprendre qu'elle ne plaisantait pas. Il avait peut-être fait chaud toute la journée, mais son séjour forcé dans l'eau l'avait rendu aussi glaciale que l'eau. Elle s'éloigna de deux pas et, appuyant sur le bouton de la radio, tenta de joindre le reste de l'équipe. Aucun signal, aucune réponse, que dalle à part des putains de grésillements insupportables. « Génial, » souffla-t-elle entre ses dents. Elle retourna auprès du gamin, se laissa tomber à ses côtés. « Bon, ils doivent encore être au campement. Faut juste trouver un moyen de se rendre là-bas sans traverser une autre putain de rivière. » Elle avait pointé l'autre côté de la rivière du doigt, en direction de la falaise traître qui les avait fait tomber.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://breathxme.wordpress.com/
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Jeu 27 Aoû - 11:05

La maladresse de Corey était presque maladive et incontrôlable. Comment pouvait-il faire autant de connerie en si peu de temps ? Cela restait encore un mystère pour tout le monde. Le jeune garçon avait réussit à noter sur la grande partie de son carnet les dessins de la pierre. Il avait ranger celui-ci dans un sac spéciale qui permettait de ne pas le mouiller en cas de pluie ou si il tombait dans l'eau...comme c'était prévenant de la part du jeune homme hein ? Bref, il avait entendue du bruit derrière lui et sans prendre la peine de se retourner, trop occupé à essayer de récupérer cette pierre, Corey expliqua à la personne ce qu'il voulait faire. Il entendit la voix d'une femme lui disant que la pierre attendrait et qu'ils devaient partir. Corey se retourna, intrigué et fit :

"Quoi ? Mais pourquoi partir ?"

Cependant, en se retournant, Corey avait mit tout son poids, même si il n'était absolument pas lourd, on pouvait même le considérer comme très mince, sur le bout de la falaise déjà fragilisé et le réflexe de la jeune femme n'arrangea pas les choses. Tout les deux tombèrent du haut. Corey sentit les bras de la femme se serrer contre lui. Il s'accrocha comme il put à ses bras et ferma les yeux. Il frappa le sol liquide assez violemment mais sen tira sans la moindre égratignure. Corey remonta à la surface après avoir comprit que c'était de l'eau. Il recracha l'eau qu'il avait dans la bouche et toussa pour expulsé celle qu'il avait avalé. Il avait les yeux qui le piquaient vu que l'eau avait percuter de plein fouet ceux-ci. Le jeune garçon se retourna et tenta en regardant le ciel de s'orienter. Son parrain lui avait apprit à savoir l'heure avec le soleil, mais plus rien était sur dans la Galaxie de Pégase. Il sentit qu'on le retourna, il sursauta et vit la militaire. Il fit :

"Merc..."

Mais elle le coupa dans ce qu'il disait pour tourner sa tête dans tout les sens. Il avait l'impression d'être avec sa mère quand il avait 5 ans et qu'il était tomber dans la piscine des voisins tout habillé. Il arqua un sourcil quand il l'a fit s'agiter...pour un paquet de clope. Corey tenta un sourire et fit d'une petite voix :

"C'est pas bien de fumé de toute manière..."

Il ferrait mieux de se taire, mais c'était plus fort que lui. Il devait parler. Il regarda autour de lui, mais en hauteur, cherchant un moyen de remonter. Mais la militaire le traîna, ou le força à nager vers la rive. Arriver sur la terre ferme, Corey devait admettre que le gilet par balle pesait une tonne. Il le balança au sol, alors qu'il était à genoux. Totalement trempé mais vivant. Il ébouriffa ses cheveux et se passa une main sur le visage. La militaire râla encore une fois. Son flingue ne fonctionnait plus. Corey haussa les épaules. De toutes manière, il ne voyait pas ce qu'elle pourrait faire avec un flingue contre des sansues géantes, ou des armes qui balancent des rayons lasers, mais cette fois, il se tut. Après tout, elle lui avait probablement sauver la vie. Elle lui ordonna de ne pas bouger. Il la fixa de ses yeux émeraudes avec un regard de chien battus et hocha la tête. Il ne pouvait rien dire d'autres. En bas de la falaise le soleil ne brillait plus comme en haut. Et un léger courant d'air froid passait par moment. Corey avait la chair de poule, tellement il commençait à avoir froid. La femme revient. La radio était foutue. Il aurait eut du matos, il aurait put la sécher et peut être la réparer. Mais là. Il la regarda et fit :

"J'ai regarder la falaise, on ne peut pas remonter par là, et si jamais on retraverse, on mettra surement une à deux journées pour remonter en faisant le tour. Je crois que la meilleure solution est de remonter par la cascade. Il y a un passage en haut. Vous voyez ?"

Fit-il en lui montrant des sortes des rochers formant des escaliers pas très clairs mais franchissable pour des adultes et un creux noir dans la cascade, montrant surement une grotte. Corey espérait qu'elle soit moins glacial avec lui si il trouve le moyen de les sortir de là. En même temps, il se doutait que son parrain ne le laisserait pas seul. Corey se leva et fit :

"On ferrait mieux d'y aller. si on reste là, on va finir congelé, et puis dans la grotte, je pourrais surement faire du feu."

Ou y mettre le feu. Car quand on connait Corey, on sait qu'il y a une chance sur deux pour que ça finisse mal. Le jeune homme se leva et commença à avancer. Son jean était tellement tremper qu'il manquait de tomber à chaque pas, Corey le tenait en même temps que de marcher, ne voulant pas spécialement se mettre en boxer devant la femme. Mais à travers son jean mouiller, étant donner que c'était de la toile, on voyait son boxer noir. Corey n'avait pas ramasser son gilet par balle, le jugeant trop lourd et inutile de toute manière. Il grimpa donc les rochers, ne glissant pas pour une fois. Il arriva dans la grotte de la cascade et il regarda. Il y faisait à la fois frais et lourd.

"Bon au moins on est au sec."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 805
◮ Y.O. : 35
◮ HERE : somewhere
◮ JOB : Major de l'United States Marine Corps // leader de sga-3
◮ COMPTES : l'hypocondriaque, le poissard, le fou à lié, le naïf, la menteuse, la perdue et le mégalo


uc.



Dossier personnel
COMBAT:
20/1000  (20/1000)
SCIENCE:
1/1000  (1/1000)
EXPLORATION:
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Mar 1 Sep - 13:25

Parfois, les gens avaient des questions cons. Mais encore jamais Alex n'avait entendu une question aussi stupide que celle qui lui fut posée par l'apprenti archéologue (ou peu importe la branche dans laquelle il se trouvait puisqu'il finirait en cadavre s'il se bougeait pas un peu le cul). Pourquoi. Partir. Sérieusement ? Elle lui aurait volontiers répliquer qu'ils étaient sur une planète inconnue dont les températures étaient instables, et variables en fonction d'elle-ne-savait-pas-trop-quoi-au-juste, que seule une infime partie du continent avait été exploré et que, par conséquent, ils ignoraient bien ce qui pouvait peupler cette planète puisque dans la base de données, elle avait été répertoriée comme habitée. Sans compter les espèces animales qui, dans cette foutue galaxie, étaient toutes plus ou moins chelou. Elle se souvenait encore de sa rencontre avec le monstre noire et vraiment pas rassurant sur la planète des arènes. Elle avait pas vraiment envie d'en rencontrer un vivant. Pas avec une équipe de bras cassés, en tout cas. Mais elle n'eut même pas le temps de répondre quoique, même pas le temps, à vrai dire, d'ouvrir la bouche pour amorcer une réponse qu'elle se précipitait en avant pour le retenir. C'était trop tard et surtout inutile mais c'était son job. Sauver les miches de ceux qui sont trop excités pour un putain de cailloux pour s'apercevoir du danger qu'ils courent. Ca va, y en avait sur Terre des cailloux. Elle lui en ramènerait un à sa prochaine permission. Au lieu de ça, ils s'enfoncèrent dans l'eau. Tous les deux.
Mais, peut-être était-ce parce qu'elle avait bossé pour la Navy, Alex n'était pas plus gênée que ça à l'idée de se retrouver dans une rivière glacée. Certes, elle aurait préféré ne pas avoir à se mouiller mais quitte à choisir, elle préférait encore être dans l'eau plutôt que dans un volcan. Non, ce qui l'emmerdait le plus, après le fait que l'autre abruti s'en soit tiré indemne et qu'elle ne puisse, malheureusement, pas le noyer sous un prétexte quelconque, c'était que ses clopes étaient foutues. Elle releva les yeux vers le gamin et si elle avait pu, elle l'aurait foudroyé instantanément. « Fumer est ce qui m'empêche de buter les gens comme toi. » Les trop curieux, les inconscients, les têtes en l'air, les têtes à lunette, les intello. Ceux qui l'emmerdaient, en fait. Ceux qui ne savaient pas mettre un pied devant l'autre sans provoquer une catastrophe, ceux qui s'extasiait devant une peinture hideuse, ceux qui gambadaient dans des zones inexplorées, ceux qui pleuraient les premiers parce qu'un collègue avait été descendu à cause de leur inconscience. « Tout ça pour un putain de cailloux, » marmonna-t-elle entre ses dents avant d'entraîner le gamin à sa suite, vers la berge.

Elle lui en foutrait, elle, des cailloux.
Et sur la tronche.

La militaire cacha sa surprise de voir qu'il avait obéit à l'ordre donné. Non pas qu'il eut beaucoup d'autres choix puisqu'elle n'aurait pas hésité à lui lancer une rafale de balles avec son P90, mais quand même. Elle s'était éloignée que de quelques pas, avait lancé un regard par-dessus son épaule pour s'assurer qu'il ne bronchait pas, avant de revenir auprès de lui. La radio, c'était mort, fallait l'oublier. Restait plus qu'à trouver une solution qui leur permettrait de regagner le campement assez rapidement. Mais, comme elle le constata bien vite, l'unique solution, qui vint du gosse, leur prendrait quand même au moins deux bonnes heures. Or, la nuit commençait déjà à tomber et, si elle n'avait pas peur du noir depuis son enfance, elle ne se voyait pas vraiment avancer à tâtons sur une planète mal connue et devoir, encore en plus, surveiller les faits et gestes de la tête brûlée qui l'accompagnait. Seule, ça aurait été jouable mais là, c'était impensable. Elle hocha la tête d'un geste vif. « On passera la nuit dans la grotte, en espérant qu'il n'y ait des chauves-souris affamées ou un ours en train d'hiberner qui y soient déjà. On reprendra la route au petit matin, ça laissera le temps aux vêtements de sécher et à Atlantis d'envoyer une autre équipe composées de vrais militaires. » Elle ne connaissait peut-être pas les compétences des Marins qui les avaient accompagnés, elle en restait pas moins persuadée qu'ils obéiraient à l'ordre qu'elle leur avait donné. D'un geste, elle se mit en route et invita le jeune homme à la suivre.

Les rochers formaient, effectivement, des cavités laissant vraiment penser à des escaliers. Ce qui était plutôt pratique et leur évitait d'avoir à faire de l'escalade. La mousse avait recouvert certains des rochers mais, contrairement à ce qu'Alex aurait pu penser, elle n'était pas glissante. L'accès à la grotte lui parut étrangement aisée. Elle releva le nez de son arme, alluma la lampe qu'elle avait pris soin d'installer dessus le viseur et balaya rapidement l'intérieur de la grotte. Sans répondre au jeune scientifique, elle s'enfonça un peu davantage dans la grotte, passant la lampe de droite à gauche puis de haut en bas afin de s'assurer qu'ils étaient bien seuls et qu'ils ne risquaient rien. Comme elle continuait d'éclairer les zones sombres, elle aperçut un tas qui ressemblait vaguement à du charbon, en plus poudreux peut-être et, de l'autre côté, quelques morceaux de bois. Elle les toucha, hocha la tête en remarquant qu'ils étaient secs et qu'ils pourraient s'en servir pour faire un feu. Elle revint alors sur ses pas, jeta nonchalamment les morceaux de bois sur le sol et tâta ses poches à la recherche de son briquet. « Et merde, il a du tomber de ma poche quand on est tombé dans l'autre. Fais chier. » C'était surtout à elle qu'elle s'adressait mais le regard qu'elle lança au gamin était sans équivoque. C'était à lui de s'amuser à frotter des cailloux jusqu'à apercevoir une flamme. Après tout, c'était lui le cerveau. Elle en profita pour poser son arme sur un rocher, et, tournant le dos au gamin, commença à ôter sa veste trempée qu'elle étala à même le sol, puis son t-shirt. Elle conserva le léger débardeur, bien que mouillé lui aussi, jugeant que s'il n'était pas sec le lendemain, elle pourrait toujours l'enlever et simplement remettre son t-shirt. Après une vague hésitation, elle retira aussi son pantalon, après avoir consciencieusement vidé les poches et, s'approchant de l'entrée de la grotte, elle tenta de l'essoré, comme on presse une orange ou un citron. Ça lui prit plusieurs minutes durant lesquelles elle observa l'eau couler de son treillis sans un mot puis elle alla l'étendre aux côtés de ses autres fringues. Elle finit enfin par s'asseoir à côté du petit feu allumé, jambes tendues et croisées, les bras croisés sous la poitrine. « Tu devrais faire sécher sa veste au moins, histoire d'avoir quelque chose de chaud et sec demain. » Pas qu'elle voulait jouer les mamans, les grandes sœurs ou les nurses, mais elle avait pas non plus envie de traîner un boulet enrhumé au milieu d'une forêt pour rejoindre un campement. « Je suppose que t'as pas de clope, ni de chewing-gum sur toi ? » La question était lancé sur un ton désintéressé mais l'envie de s'en griller une était trop présente pour qu'elle tienne la nuit sans sa dose de nicotine. Ou, à défaut, sans avoir à mâcher un chewing-gum, peu importe son goût. Elle leva le bras, récupéra son P90 et, après l'avoir posé sur ses jambes à moitié nues, elle attrapa l'une des barres de céréales qu'elle avait sortit de ses poches et en lança une au gosse. « Mange ça, c'est tout ce que j'ai, le reste des rations étaient dans les sacs, restés au campement. » Et dire que c'était même pas une vraie mission. Bordel.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://breathxme.wordpress.com/
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Sam 5 Sep - 17:17

Le jeune homme avait obéit pour une fois, espérant de ce fait calmer la femme. Oui parce que Corey était pas cinglé non plus, il n’avait pas spécialement envie de se faire démonter non plus. Il observait les lieux et tentait de calculé mentalement ce qui pourrait l’aider à aller plus vite pour remonter. Le fait de devoir passer la nuit avec cette femme ne l’enchantait pas spécialement mais il n’avait pas trop le choix. Elle lui dit donc qu’il fallait aller passer la nuit dans la grotte. Corey grimaça, il aurait aimer pouvoir remonter directement. Et que Atlantis reviendrait. Corey redressa son regard et lui dit l’air intrigué :

« Quoi ? Comment ça revenir ? Vous êtes sérieuse ? Ils vont partir sans nous ? Mon parrain ne me laissera pas ici. »

C’était sur. Il était persuadé que son parrain ne partirait pas sans lui, mais c’était sans compter les ordres d’Alex. La jeune femme avait donner des ordres clairs et net. Corey se déplaça donc pour ensuite grimper à la grotte. Arriver à celle-ci. Le jeune homme ne chercha pas trop à savoir si il y avait des trucs dedans ou non. Il voulait juste être tranquille. Il regarda la femme faire son inspection. Puis elle râla, une nouvelle fois, à propos du feu. Elle ne pouvait pas en faire car elle n’avait plus son briquet. Corey roula des yeux. Ces militaires ! Ils sont incapables de se débrouiller sans outils. Elle lui donna les branches et lui lança un regard, comme pour lui dire de se démerder. Corey soupira. Il posa un genou à terre, et positionna ses bâtons pour ensuite commencer à frotter l’un d’eux contre un autre. Il vit au bout de quelques minutes de la fumée, il souffla dessus et continua de frotter quand soudain le feu prit.

« Et voilà ! »

Corey redressa la tête et la vit de dos en train de se changer. Il ne put détacher son regard d’elle. Il ne la voyait pas entièrement nu, ou quoi que ce soit, mais son imagination l’aida parfaitement à combler les troues. Il déglutit et finit par clignés des yeux. Il détourna le regard et essaya de penser à autres choses. Elle vint vers lui et posa ses affaires après les avoir essoré. Elle lui conseilla de faire pareil. Corey se racla la gorge et fit :

« C’est un t-shrit…mais ça va aller. »

Il ne voulait pas se retrouver torse nu devant elle. Hors de question ! Elle se foutrait surement de lui et il ne le souhaitait pas. On se foutait déjà assez facilement de lui et de sa maladresse alors donner des cartes pour s’en prendre plein la tête ensuite, non merci. Le jeune homme toussota et se rapprocha du feu. Il cala ses mains devant les flammes. Il semblait totalement envouter par elles. Fallait dire que Corey partait vite dans son monde. Il avait beaucoup de mal à rester connecté, ce qui ne lui permettait pas spécialement de se faire des amis sur la cité. Ensuite elle lui demanda si il n’avait pas de clopes ou de chewing gum. Corey la regarda étrangement et fouillant ses poches, il se leva pour ensuite fouiller les poches de son jean qui se trouvent au niveau de ses mollets. Il en sort un paquet de chewing gum et le tant à la jeune femme :

« Tenez. »

Corey reprit place prêt du feu et la regarda de temps à autres. Il avait faim mais se sentait tellement mal qu’il n’avait plus si faim que ça. La femme, aux jambes nus, l’intriguait, et le fascinait tout autant que ces envies étranges, entre faim et non faim. Elle lui tendit une barre céréale et lui dit qu’il devait la manger. Corey arqua un sourcil et lui dit :

« Et vous allez manger quoi ? Je veux pas vous empêcher de manger votre ration, déjà qu'on est là par ma faute.»

Le jeune homme se posait mille et une questions. Corey frissona et se décida à hotter son t-shirt pour ensuite aller l’essorer comme la jeune femme. Il étendit le t-shirt sur le sol prêt du feu et cacha son torse avec ses bras. Ce jeune homme n’avait pas conscience de son corps et ne se trouvait pas assez « bien » pour une femme, alors que son corps en ferrait craquer plus d’une. Un torse juvénile, musclé juste ce qu’il faut, et pas un seul poil. Corey sentait la chaleur des flammes caresser son torse. Il passa une main dans ses cheveux et les trouva encore bien trop mouillé à son goût. Il demanda :

« Se sera sec en combien de temps ? »

Peut être qu’elle le savait elle. Enfin il l’espérait. Et puis de toute manière ils n’allaient pas beaucoup dormir, du moins Corey en était persuader. Il fit ensuite :

« Je peux surveiller un peu si vous voulez vous reposez. J’ai pas sommeil. Promis je touche pas à votre arme. »

En même temps, vu la peur que Corey avait pour les armes, il n’y toucherait surement pas, c’était certains !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 805
◮ Y.O. : 35
◮ HERE : somewhere
◮ JOB : Major de l'United States Marine Corps // leader de sga-3
◮ COMPTES : l'hypocondriaque, le poissard, le fou à lié, le naïf, la menteuse, la perdue et le mégalo


uc.



Dossier personnel
COMBAT:
20/1000  (20/1000)
SCIENCE:
1/1000  (1/1000)
EXPLORATION:
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Sam 12 Sep - 13:53

Décidément, en plus d'être un bras cassé pas foutu de regarder où il est les pieds, le gamin fana de cailloux était aussi d'une intelligence limitée. Elle lui lança un regard, blasé, comme pour le mettre au défi de lui trouver l'air de quelqu'un qui lui ferait une blague. Elle ne plaisantait pas. Ses ordres étaient clairs et elle comptait bien sur les deux Marins pour obéir sagement. Elle avait la réputation d'être une sacrée tête brûlée, une emmerdeuse qui n'écoutait que quand ça lui plaisait et qui fonçait, tête la première, dans la moindre porte d'ennuis ouverte, il n'en restait pas moins qu'elle était capable de prendre soin de son équipe. En diriger lui avait appris à se montrer responsable, selon les situations. Elle se frotta la nuque, n cacha pas le soupire. «  Si, il te laissera ici parce qu'il aura pas le choix. On sait pas ce qui peut arriver la nuit sur c'te planète et j'ai pas forcément envie de tomber nez à nez avec une mygale géante à moitié transgénique ou j'sais pas quoi. On ignore tout de cette planète, ils seront plus en sécurité sur Atlantis et toi, avec moi. » Même si ce n'était pas l'envie qui lui manquait de l'inviter à faire un tour pour ne pas revenir. Après tout, elle, elle était capable de se défendre. Lui par contre, ça restait à vérifier. Et encore. Pas besoin de vérifier quoique ce soit pour qu'Alex sache qu'il ne tiendrait pas bien longtemps face à un adversaire, peu importe la taille de ce dernier. Sans doute une question de karma. Elle coupa court à la conversation en commençant l'escalade jusqu'à l'antre sombre et humide. Pas besoin de lancer un débat pour savoir si, oui ou non, le prof allait faire des pieds et des mains pour récupérer le gamin. Catherine tenterait sûrement de les contacter, de toute façon, puisqu'un contact radio était prévu.

Comme elle se retrouvait en débardeur-culotte, le tout encore mouillé mais toujours plus confortables que le reste de ses fringues trempées et glacées, elle s'installa auprès du feu, s'amusant d'un sourire narquois de la gêne que provoquait sa tenue au jeune garçon. En voilà un qui avait pas du voir de nana à poil de toute sa vie. Elle tendit brièvement les mains après avoir posé son P90 sur ses cuisses, pour les réchauffer un peu. Les cicatrices présentes sur ses poignets étaient visibles via la lumière du feu, à l'instar des autres stigmates présentes sur son corps. Certaines étaient des souvenirs de batailles passées, du luttes acharnées ou de combats remportés de justesse ; d'autres étaient un rappel constant d'un passé tumultueux, brisé et oublié. Ses yeux noisette se posèrent sur les entailles de ses avants-bras. Elle pouvait entendre le coup de feu résonner aussi bien dans la pièce que dans son esprit, mais les images, elles, restaient inaccessibles. C'était à peine si elle était capable de revoir le visage émacié de son père, les larmes qui noyaient ses joues, de ses mains ensanglantées qui l'attrapaient pour la tirer à lui. A peine si elle se souvenait d'avoir posé le regard sur le corps sans vie de sa mère, d'avoir voulu plonger dans cette marre de sang pour serrer dans ses bras celle qui avait tenté de raisonner un homme malade ou tourmenté. Alex ferma les yeux et conseilla au jeune gamin de suivre son exemple mais il refusa. Elle haussa les épaules. Tant pis pour lui s'il rentrait sur Atlantis malade comme un chien mais fallait pas qu'il compte sur elle pour l'aider à marcher droit si la fièvre le gagnait. Elle avait autre chose à foutre.

Le paquet de chewing-gum tendu vers elle lui tira un sourire. Un presque-sourire, du moins. Elle l'attrapa dans un faible remerciement et en tira un qu'elle enfourna bien vite dans sa bouche. C'était pas aussi bon qu'une taffe, pas aussi grisant qu'une partie de jambe en l'air, pas aussi déstressant que les deux réunis, mais ça avait au moins pour effet de la calmer un peu. Ses épaules se détendirent avant qu'elle ne fouillât dans son sac à la recherche de quelque chose à grignoter. Un simple coup d’œil lancé en direction de la fouine-catastrophe et elle lui tendait, à son tour, les barres de céréales. C'était tout ce qu'elle avait, les véritables rations étant restées dans les autres sacs, ceux que portaient les Marins, ceux qui étaient encore au campement. Elle haussa les épaules, une nouvelle fois. «  C'est pas ma ration et, contrairement à toi, je suis habituée à jeûner pendant des jours. Je tiendrai le coup. » L'institut psychiatrique, la guerre, les missions qui tournaient mal. Elle était presque conditionnée pour ne pas avoir une alimentation stable. Ni saine. Un repas de sauté un jour et le lendemain, elle mangerait double part. Et puis, les chewing-gum lui suffisaient, si elle devait être honnête. Pas besoin d'un repas gastronomique pour elle. Clope, chewing-gum, café, les trois C indispensables à sa survie, et elle était repue.
Mais il n'avait pas tout à fait tort. Ils étaient là par sa faute. Était-ce, pour autant, une raison suffisante pour l'empêcher de se nourrir ? Son, faible mais néanmoins existant, sens du devoir lui soufflait la réponse. Non. Bien sûr que non. Déjà qu'il avait de grandes chances de tomber malade à cause de ses vêtements mouillés, si, en plus, il n'avalait rien, elle était quasiment certaine de devoir le traîner, voire le porter, jusqu'à la Porte. Et là, il était pas certain que son sens du devoir existât encore.

Elle leva les yeux vers lui que lorsqu'il lui posa une question et elle s'aperçut, à cet instant, qu'il avait finalement décidé de suivre son conseil. Il se trouvait torse nu, frêle, se cachant le corps de ses bras et elle eut un sourire en coin. Pour sûr, c'était encore un gosse dans bien des domaines. «  Avec l'humidité, je dirai... Dans deux heures. Mais ce sera encore humide, on pourra pas avoir un meilleur résultat. » Elle parlait avec assurance mais la vérité, c'est qu'elle n'en savait rien et qu'elle s'en foutait bien. Que les fringues soient secs ou non, ça n'allait pas faire passer la nuit plus rapidement. Elle jeta un coup d’œil à sa montre. Bon. Le Jumper devait être retourné sur la cité, maintenant. A moins qu'ils n'aient décidé d'attendre encore un peu plus longtemps, auquel cas, elle pouvait toujours compter sur la ponctualité du Docteur Jones pour tenter de les joindre. Dommage que leur radio soit foutue, ça aurait été bien pratique en cet instant. Elle étirait ses jambes, laissait sa nuque craquer en tournant la tête quand la voix du gosse retentit une nouvelle fois. Il savait pas se taire, lui. «  T'as déjà veillé ? » Elle arqua un sourcil, inquisitrice. Et par veiller, elle ne voulait pas savoir s'il était capable de rester éveillé toute la nuit mais bien s'il savait quoi faire pendant un tour de garde. Mais à vrai dire, même si c'était le cas, elle hésitait à le faire. Certes, elle ne pourrait pas tenir la nuit entière, mais il n'était pas un militaire, il n'était pas entraîné. S'il arrivait quoique ce soit, elle doutait bien qu'il soit capable de faire grand chose. Après une réflexion de quelques secondes, elle finit par acquiescer. «  Bon, ok, si tu veux. Alimente le feu pendant encore trois heures, que les vêtements sèchent et qu'on soit au chaud aussi, au bout de trois heures, tu pourras le laisser s'éteindre. Mais surtout, tu ne l'éteins pas toi-même, ça indiquerait notre position à tout ce qui pourrait passer dans les environs. » Elle le regardait dans les yeux, sans sourire, sans haine. «  Tu me réveilles dans quatre heures. Si jamais tu entends un bruit, tu ne vas surtout pas voir. Tu t'assures seulement que ce n'est pas ton imagination, si c'est proche ou non. Si ça semble être proche, tu me réveilles aussitôt. Je plaisante pas, tu me réveilles, même si c'est que dalle. » Y avait rien de pire qu'un civil qui voulait la jouer super héro et qui partait à la recherche de la cause d'un bruit étranger. Ca pouvait ne rien être de bien dangereux, mais Alex préférait se montrer prudente. Surtout avec la chance dont il semblait affublé. Ordonner au parrain de se casser en laissant son protégé avec elle était une chose, revenir sans le petit protégé et devoir l'annoncer en était une autre.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://breathxme.wordpress.com/
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Lun 21 Sep - 19:47

Dans la grotte Corey en menait pas large. Il devait admettre qu’il n’était pas du tout dans la situation la plus tranquille. Il ne savait pas ce qui pouvait sortir des galeries de cette grotte et ni même si il y avait une sortie. Une vraie sortie. En tout cas le jeune homme avait décider de tout faire pour ne pas se faire tuer par la militaire. Il lui avait donner son paquet de chewing gum et espérait que cela calmerait sa colère. Il se doutait que ça ne serait pas assez pour avoir enfin une allié sur la cité, mais au moins, il pourrait passer la nuit sans risquer de se prendre une balle. Il avait entendue tellement de chose à son sujet, qu’il savait que personne ne le prenait dans son cœur au niveau des militaires en tout cas, car il avait tout de même des amis sur la cité en les personnes de Jake et Julian. Heureusement qu’ils étaient là eux !

Corey l’observait discrètement, enfin aussi discrètement qu’il pouvait l’être. Il avait remarqué les cicatrices sur ses poignets, il avait des doutes sur le faite que ce soit dut à son métier, il pensait, et était presque certains qu’elles étaient vraiment plus ancienne. Des souvenirs d’enfance ou d’adolescence. De mauvais souvenirs, vu où elles se situaient. Corey était curieux, mais il savait respecter la vie privé des gens, son parrain le lui avait appris. Le jeune homme baissa les yeux et regarda le sol. Il savait qu’il était coupable mais il avait tellement envie de rattraper son erreur qu’il était prêt à tout.

En échange des bonbons à mastiquer, la jeune femme fila des barres céréales à Corey. Lui dit qu’il ne voulait pas manger sa ration en plus de l’avoir forcer à se retrouver dans cette situation. Cependant, elle lui dit qu’elle était entraînée à jeuner, alors que lui non. Il haussa les épaules. Si elle savait que durant son enfance et son adolescence, quand il allait dans les rares écoles qu’il a fréquenté ont lui piquait toute la nourriture qu’il avait et qu’il passait donc une journée à ne rien manger, vu que le soir, son parrain n’avait pas spécialement le temps de lui préparer un truc. Elle saurait que lui aussi est habitué à ne pas manger beaucoup. D’où son poids et son allure de crevette. Le jeune homme avait ensuite retiré son t-shirt et l’avait mis à sécher. Il avait trouvé un bâton et il dessiner sur la terre les dessins qu’il avait vus sur le caillou. Il les avait reproduit à l’identique. Le jeune homme avait ensuite demandé dans combien de temps se serait sec. Elle lui dit surement dans deux heures mais que ça serait encore humide. Corey regarda le sol et fit à son tour :

« Vous n’en savez pas plus que moi sur les températures et sur le fait de savoir dans combien de temps se sera sec, vous pouvez me dire que vous ne le savez pas. Deux heures c’est beaucoup trop tôt, déjà sur Terre, le linge ne sèches pas aussi vite en automne, donc là…je dirais que ça restera humide et que ça ne sera sec qu’une fois au soleil. Mais merci d’essayer d’être sympas. »

Corey connaissait déjà sa réponse, mais il avait posé la question, histoire de faire la conversation, et d’essayer de voir comment elle allait lui répondre. Et il devait admettre qu’il ne savait pas trop comment prendre la réponse. Il haussa les épaules et lui proposa de prendre le premier tour de gardes. Elle lui demanda s’il avait déjà fait ça. Il grimaça et fit :

« Non, mais ça doit pas être compliqué. Suffit juste de rester éveiller et de regarder ce qui se passe. SI je vois un truc bouger je cris, non ? »

Corey la regarda droit dans les yeux et elle se mit à lui énumérer tout un tas de règles. Au regard inexpressif de Corey on aurait put croire qu’il n’écoutait pas, mais en vérité, son cerveau s’était activé comme un disque dur interne, il avait enregistré toutes les paroles de la femme. Il cligna enfin des yeux et fit :

« D’accord. Et je fais quoi si tu ne te réveille pas ? »

Il finit par se lever et par observer les trois galeries devant lui. Il marmonna tout seul durant deux trois minutes, puis il prit place sur un rocher. Il sentait le vent venir lui caresser les épaules. Il avait la chair de poules mais il teindrait bon. Il le devait.

Au bout de deux heures se réciter le nom des pays et des capitales de la Terre, ainsi que le tableau des composants chimiques, Corey finit par se lever. Il alla sans faire de bruit récupérer son t-shirt. Il alimenta un peu le feu et marcha un peu. Il observait la grotte. Elle semblait ancienne à première vu, mais c’était comme si le temps l’avait épargné de beaucoup de dégâts naturelles. Il sourit et se frotta les yeux. Il se dit pour lui-même :

« Dors pas Corey ! »

Puis il reprit son petit tour. Il tourna en rond dans la grotte durant une bonne heures encore. Il avait laisser le feu s’éteindre quand il entendit du bruit venant de en bas de la grotte, pensant que c’était Atlantis, il se dirigea vers la cascade d’eau. Il regarda en bas et vit des hommes habillé de tuniques et l’air réellement pas aimable du tout. Corey jura, et se précipita pour réveiller Alex :

« Hey !! Debout, allez magne toi !!! Debout vite !!! Il y a des types qui se pointe et ils ont pas l’air ravie, faut dégagez d’ici ! »

Il ramassa les affaires et fit tomber son carnet dans son agitation. Celui-ci fila se mettre à l’entrée de la grotte. Corey grimaça. Il lâcha ce qu’il avait dans les mains et alla chercher son carnet, quand il se pencha pour le prendre il vit une lance lui arriver droit sur lui. Il se jeta en arrière en criant. Il ramassa son carnet et détala pour rejoindre Alex :

« Faut prendre la première galerie, c’est la seule où on sent le vent, vite ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 805
◮ Y.O. : 35
◮ HERE : somewhere
◮ JOB : Major de l'United States Marine Corps // leader de sga-3
◮ COMPTES : l'hypocondriaque, le poissard, le fou à lié, le naïf, la menteuse, la perdue et le mégalo


uc.



Dossier personnel
COMBAT:
20/1000  (20/1000)
SCIENCE:
1/1000  (1/1000)
EXPLORATION:
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Dim 1 Nov - 11:31

Son sourcil droit s'arqua. Ce môme l'agaçait tout en parvenant à l'amuser. C'était particulièrement dérangeant de ressentir ces deux émotions pour un gosse qui avait manqué de la noyer par ses conneries. Quoiqu'après courte réflexion, ressentir de l'agacement n'était pas quelque chose qui la dérangeait vraiment, c'était plutôt le fait qu'il l'amusât, par moment, qui emmerdait Alex. Celle-ci dévisagea le gosse sans que son visage ne reflétât la moindre trace d'empathie pour Corey. Ses yeux, eux par contre, suffisaient à comprendre qu'elle ne voyait pas l'intérêt de lui avoir posé la question à propos du linge si c'était, au final, pour venir détruire sa théorie. Non pas qu'elle ait quelque chose à faire de la durée que pourrait mettre le linge à sécher, mais quand même. Et puis, de là à penser qu'elle avait répondu pour tenter d'être sympa. La jeune femme leva les yeux vers le plafond de la grotte, se frotta les mains avant de les reposer sur ses cuisses nues. « On n'est pas sur Terre, les choses sont souvent très différentes d'une planète à l'autre. Tu l'as peut-être pas encore remarquer mais crois-moi, quand tu verras qu'il pleut des gouttes aussi grosse qu'un poing, tu comprendras vite que les comparaisons avec notre mère patrie, c'est pas vraiment utile. » Sans compter qu'ils savaient vraiment pas ce qui pouvait bien se cacher dans cette putain de grotte. Un soleil pourrait surgir, le feu pourrait suffire, un lama sécheur de linge pourrait jaillir de derrière une cavité – en somme, difficile de répondre correctement ou d'affirmer quoique ce soit. Elle inspira, s'appuya contre une roche derrière elle. « Et j'répondais juste à ta question. T'emballe pas trop vite, kiddo. » Un sourire amer, ou peut-être un peu hypocrite, vint appuyer sa réponse. Sympa, elle. Il serait bien la première personne sur la Cité à le penser. Et encore plus à l'énoncer à voix haute devant la principal intéressée. Sympa n'était, d'ordinaire, pas l'adjectif utilisé pour la décrire. Brutale, ouais. Antipathique, aussi. Dérangée était souvent utilisé. Mais sympa ? Une grande première. Et elle ne savait pas trop comment elle était censé le prendre. Ce n'était pas tant qu'elle tenait à sa réputation de folle furieuse – c'était même le cadet de ses soucis – mais elle se foutait bien d'être, ou non, sympathique.

Elle hésitait. C'était peut-être la première fois qu'elle montrait son hésitation mais l'idée de laisser un gamin plutôt irresponsable et fougueux veiller une partie de la nuit n'était pas vraiment une décision à prendre à la légère. Elle lui lança un regard en coin, mastiquant son chewing-gum. « Évite de crier, sauf si quelqu'un est juste devant toi, prêt à t'égorger. Tu me réveilles juste. Mais crie pas. » Elle regrettait déjà de lui avoir donné son aval pour qu'il veillât. Ce n'était que quatre heures et elle savait que ces quatre heures ne suffiraient pas pour la plonger dans un sommeil profond, qu'elle serait alertée au moindre bruit suspect et inhabituel, mais tout de même. Ce n'était pas rassurant. Il n'était pas rassurant. Preuve étant avec son regard vide alors qu'elle lui donnait quelques directives précises sur la marche à suivre. Elle ne prenait aucun risque en lui ordonnant de la réveiller à la moindre suspicion, mais elle restait tout de même incertaine de sa décision. Un soupire passa ses lèvres. « Je me réveillerai. » Son ton était sans appel. Elle se réveillerait, point à la ligne. Pas de question, pas de discussion. A vrai dire, elle ne voyait même pas pour quelle raison elle ne se réveillerait pas, si ce n'était peut-être si elle venait à mourir mais auquel cas, cela signifierait qu'il avait mal fait son job. Ou qu'il était le tueur, à voir.

Comme il se levait, elle se décolla de son rocher, s'allongea. Elle était toujours hésitante mais décida de se laisser aller et de se reposer quelques minutes. Une heure de sommeil ne pouvait que lui faire du bien. Elle ferma les paupières, inspira profondément et commença à courir après Morphée. La chaleur du feu venait lui caresser la peau avec délicatesse, et le bruit des pas du jeune homme l'aidait à ne pas perdre sa trace. Il s'éloignait, plus au fond dans les grottes. Malgré elle, malgré l’irrépressible envie de dormir, Alex restait en alerte. Il s'éloignait encore un peu. Elle pouvait l'entendre, vaguement, marmonner. Elle ne comprenait rien à ce qu'il disait, ne s'en pré-occupait même pas.
Et puis, elle se laissa bercer par sa propre respiration.

Secouée, la voix de Corey la tira brusquement de son sommeil. Elle ouvrit les yeux avant même de comprendre ce qu'il racontait précipitamment. Sans qu'elle ne sache trop pourquoi, elle nota tout de suite qu'il s'était rhabillé et qu'il avait l'air paniqué. Cette dernière note suffit à la réveiller complètement et à la faire bondir sur ses pieds. « Et merde. » Elle ramassa ses propres fringues, son P90 et s'avança près de l'entrée de la grotte. L'ennemi – il était plus prudent de les juger comme tel – était en surnombre. Beaucoup trop d'hommes pour qu'elle en vienne à bout toute seule, même avec son arme. Elle jura une nouvelle fois, s'éloigna vers les galeries, aperçut Corey du coin de l’œil courir après son stupide carnet. Elle n'eut même pas le temps de faire un pas dans sa direction qu'elle voyait une lance aller se ficher dans la roche où se tenait le jeune garçon quelques minutes plus tôt. « Bouge-toi ! » Elle leva son arme, visa le premier homme qui s'approchait de l'entrée et tira. Elle visa juste, et l'homme partit en arrière. Alex profita de ce court instant de répits pour attraper Corey par le bras et l'entraîner dans la galerie qu'il désignait. Pas le temps de poser des questions, elle devait lui faire confiance. Elle poussait le gosse devant elle, levant son P90 pour éclairer les profondeurs de la galerie devant eux. Derrière, elle pouvait distinguer les cris et les ordres des hommes. Visiblement, ils n'avaient pas apprécié qu'elle touche un des leurs. Elle grimaça. Ce n'était pas que sa tenue l'emmerdait beaucoup, mais il était tout de même moins pratique de courir en tenant fringue et arme. D'une poigne ferme, elle retint Corey, lui fit signe de se taire et le poussa dans une embrasure. Elle en profita pour très rapidement revêtir son pantalon et allait faire de même avec un t-shirt quand les voix se rapprochèrent. « Putain de bordel de merde, » jura-t-elle entre ses dents. « J'espère que tu sais où mènent ces galeries. » Et, sans attendre de réponse, elle lui agrippa le bras et l'enjoignit à se remettre à courir. Elle jetait, par moment, quelques coups d’œil derrière elle. Visiblement, les hommes possédaient une source de lumière puisqu'ils étaient capable d'avancer dans les galeries sans trop de difficulté. Et ils étaient armés.

Elle s'arrêta de courir à une carrefour. Deux chemins. Elle lança un regard au gosse. « C'est toi qui connaît les galeries, non ? » Ou du moins, qui sait déchiffrer les écritures qui entouraient chaque passage. Elle décrocha la lampe de son P90 et le tendit à Corey. « Déchiffre ça, trouve-nous le bon chemin, je te couvre. Mais magne-toi, j'ai pas une quantité illimitée de munition. » Il ne lui en restait qu'une, en dehors de celle déjà présente dans l'arme. Et elle n'avait pas envie d'en gaspiller une seule. Tournant le dos à Corey, elle leva son arme vers les ténèbres, prête à tirer si quelqu'un apparaissait. Sa vision était limitée, la lampe était dans son propre dos et pointée dans l'autre direction, mais elle espérait que ce serait suffisant.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://breathxme.wordpress.com/
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Mar 15 Déc - 18:17

Corey attendait devant sa galerie. Le temps passait extrêmement lentement. Il était épuisé et ennuyé. Pour Corey rester assis c’était ennuyant, alors rester longtemps assis je vous laisse imaginer son état d’esprit. Il se parlait à lui-même histoire d’avoir un peu de compagnie. Il s’empêchait d’observer la jeune femme également. Et ouais, de un c’était un mec, de deux, elle est à moitié habiller et plutôt bien faite. Bref le jeune homme restait concentrer sur sa mission. Il repensait à tout ce qui s’était passé également. Le fait d’être tombé, d’être seul, de s’être fait engueuler. Corey avait plein de choses en têtes, il n’arrivait plus à réfléchir. Alors il se leva. Il remit son t-shirt et entendit du bruit. En se baissant légèrement il vit des hommes. Il se recula rapidement et réveilla la militaire. Après l’avoir réveiller, il s’aperçut qu’il avait fait tomber son carnet. Et vu que dedans il avait tout de noter, les positions des planètes rencontré, les différents peuples et autres, Corey se dit que se ne serait pas une bonne idée de leur laisser ce cadeau. N’écoutant que son courage, pour peu qu’il en ait eut un jour, il se précipita pour le ramasser, et réussit à éviter de justesse une lance. Il regarda un léger moment ce morceau de bois ficeler à du métal qui remuait tout seul planté dans la roche. Il sentit une pression, celle d’Alex. Il se leva et se mit à courir en même temps qu’elle. Elle se planqua derrière un morceau de rocher pour se revêtir. Corey avait du mal à canaliser son souffle :

« C’est qui ces types ? Et pourquoi ils veulent nous tuer ? On leur à rien fait ! »

Et oui pour Corey si on veut vous tuer, cela doit être justifié. Mais il est encore bien trop dans son monde de bisounours pour savoir qu’on est pas obligé d’avoir une raison pour tuer. La militaire lui dit de la guider car il connaissait mieux les galeries. Oui enfin non. Dans la panique il répéta en boucle :

« Les galeries, heu ouais, heu…je…je ne sais pas. J’en sais rien. Je ne les connais pas. »

Il tourna la tête et s’aperçut qu’ils se rapprochaient dangereusement. Il s’imaginait déjà la tête planté sur une lance offert en offrande. Il se passa une main dans ses cheveux et les frottas rapidement, puis il sentit un courant d’air. Il fit :

« Par là ! »

Et les voilà de nouveau dans la course. Ils arrivèrent devant plusieurs galeries et des indications. Corey se mit à tenter de les traduire mais il se sentait légèrement presser, et même oppresser. Cependant, il fit vite le vide dans son esprit en lisant ce qui était noté. Le temps s’arrêta. Corey était dans sa bulle, plus rien ne comptait. Il arriva à tout déchiffrer. Il se trouvait deux galeries qui menaient au même endroit. Une source d’énergie se trouvait au fond de ces galeries ainsi que la sortie. Des pièges s’y trouvaient, mais Corey avait légèrement comprit le système. Il fut sortie de ses pensées par un ricocher de balle. Oui une balle ! Il regarda Alex et lui dit :

« Ils sont des armes aussi ? »

Oui étrange pour des sauvages, mais peut être n’étaient-il pas de réel sauvage. Corey fit en tentant de se protéger comme il pouvait :

« Par là ! Attention il y a des piè… »

Il n’eut pas le temps de finir qu’il sentit une sorte de pente, comme celle des toboggan. Il embarqua la militaire en se prenant la main dans la lagnière de son arme. Au bout de trente seconde de descente ils arrivèrent enfin en bas. Corey frappa sa tête au sol et grimaça :

« Aie. »

Il se redressa et vit de nouvelles écriture.

« Génial ! »

Il se redressa et ne fit plus attention à la bosse de sa tête. Il s’avança et fit :

« La source est par là… »

Voyant le regard de la militaire, il fit en haussant les épaules :

« Quoi vous avez dit de trouver la sortie, c’est pas ma faute si la sortie est prêt d’une source d’énergie. »

Bon techniquement elle n’y est pas prêt, mais bon c’est pas très loin. Les hommes avaient dut prendre un autre chemin car pour le moment il n’y avait pas de traces d’eux. Mais Corey savait que deux chemins menaient au même endroit, il fallait donc faire vite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin ◮ Major Koala
avatar



◮ DOSSIERS : 805
◮ Y.O. : 35
◮ HERE : somewhere
◮ JOB : Major de l'United States Marine Corps // leader de sga-3
◮ COMPTES : l'hypocondriaque, le poissard, le fou à lié, le naïf, la menteuse, la perdue et le mégalo


uc.



Dossier personnel
COMBAT:
20/1000  (20/1000)
SCIENCE:
1/1000  (1/1000)
EXPLORATION:
10/1000  (10/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Sam 5 Mar - 9:35

Elle finissait d’enfiler son t-shirt quand l’adolescent jugea bon de poser des questions auxquelles elle n’avait aucune réponse à fournir. Pourquoi ? Parce que les vrais méchants n’avaient besoin d’aucune raison pour avoir soudainement envie d’arracher la vie à quelqu’un. Elle lui lança un regard sombre, incapable de déterminer si, oui ou non, elle devait lui répondre. La mâchoire contractée, elle jeta un regard rapide dans la direction d’où ils venaient afin de s’assurer que leurs oppresseurs n’étaient pas encore sur le point de les dénicher. Elle pouvait les entendre grogner à la manière d’animaux primitifs, mais aucune trace visuelle qu’ils s’approchaient. « Baisse d’un ton, sinon tu vas leur donner notre position. » Elle avait marmonné entre ses dents pour donner l’exemple mais l’envie de gueuler résonnait dans son crâne et dans sa gorge. Trop de questions. Il en posait trop et elle n’avait pratiquement aucune réponse à lui fournir. Alors elle inspira profondément. « J’en sais rien moi de qui ils sont, je te rappelle quand même que j’connais pas plus la planète que toi. » Peut-être même qu’elle la connaissait moins bien puisque, contrairement à lui, elle n’était prédisposée pour la lecture des symboles étranges qui recouvraient les murs. Elle récupéra son P90, prête à s’élancer de nouveau dans les couloirs exigus après un ultime regard. « Et contrairement à ce que tu peux croire, les connards dans leur genre n’ont pas besoin d’une excuse pour tirer à vue. » Même si, mais Alex préféra le taire, le fait qu’elle ait tué l’un des leurs alors qu’ils arrivaient au sommet de leur ascension pouvait leur donner une excuse plus que valable pour un désir de vengeance exacerbé. Elle s’avança d’un pas hors de leur vague cachette et lui intima l’ordre de prendre la route le premier. Il était celui qui s’y retrouverait et elle était celle qui pouvait assurer leurs arrières. Malgré une faible quantité de munition. Mais l’angoisse semblait l’empêcher de penser correctement et la militaire ne retint pas un juron étouffé. « Bouge ton cul. » Elle avait grogné entre ses dents, le dos tourné au gamin pour mieux pouvoir faire feu à peine apercevrait-elle leurs ennemis.

Il y eut un silence et elle lança un regard en direction du gosse. Il paraissait concentré aussi préféra-t-elle ne rien dire. Valait encore mieux qu’il prenne son temps et qu’il déniche la bonne sortie plutôt qu’il panique et les dirige n’importe où. Elle était un peu trop familière avec Indiana Jones pour ignorer que ce genre de grotte étaient généralement peu enclines à aider les humains. Un tir la manqua de peu et elle prit aussitôt position, éteignant la lampe de son arme. L’œil dans le viseur, elle patienta de voir une vague silhouette se profiler, la respiration calme. Elle avait conscience qu’elle ne pouvait se permettre de le manquer ; si c’était le cas, alors Riley allait devoir courir tout seul pendant qu’elle tenterait de lui faire gagner un peu de temps. Et elle n’avait vraiment aucune envie de se retrouver seule face à toute une bande. Alors elle prit son temps, et fit feu. La balle toucha l’homme sans qu’elle ne sache où exactement. Elle s’était déjà retournée et avait attrapé l’adolescent par le col du t-shirt pour l’entraîner plus en avant. Les profondeurs de la grotte semblaient leur ouvrir ses entrailles. Corey voulut l’avertir de quelque chose mais, avant qu’il n’ait le temps de terminer sa phrase, Alex se sent basculer et glisser. Génial. Manquait plus que ça. Une putain de fête foraine dans une grotte. Vraiment malins, ces pégasiens. Elle atterrit finalement sur le dos, la tête rencontrant le sol avec dureté. Elle ferma les yeux, un marteau-piqueur lui défonçant l’intérieur du crâne tandis que son épaule retrouvait la vive douleur de sa blessure récente. Fête foraine, pas bon quand on a mal à l’épaule. Elle se releva, retrouva son P90 qui, par un miracle qu’elle ne pouvait expliquer, était resté intact malgré la chute et elle lui lança un regard furibond tandis qu’il s’extasiait. Wait. Une source ? « Wow, t’as jamais causé d’une source d’énergie. » Non pas que ça changeât quelque chose à ce point-là, mais tout de même ! La source d’énergie expliquait sûrement la présence des sauvages armés qui leur courraient après. « C’est un E2PZ ta source d’énergie ? » Quoiqu’il en soit, Alex savait que si source d’énergie il y avait, les scientifiques fous de la Cité voudraient la voir et l’étudier. Et vu les dangers que cette planète présentait, il était encore plus sage que ce soit elle et le merdeux qui la ramènent sur Atlantis. Mais elle avait suffisamment participé à ses briefings pour savoir que si la source d’énergie était vital pour la planète, il était hors de question de la toucher. « Tu sais à quoi elle sert ? Je veux dire, si elle a une fonction pour la planète ? Comme un bouclier qui empêcherait les Wraith d’attaquer la planète ? » Parce que si c’était le cas, il fallait dire adieu à cette petite pépite de trouvaille. Mais dans le cas contraire, elle pouvait déjà imaginer l’air radieux de têtes pensantes de la cité.

Alex se pencha légèrement par-dessus le faux toboggan qui les avait menés jusqu’ici, l’oreille aux aguets. Leur descente semblait leur avoir fait gagner un peu de temps. Elle massa son épaule douloureuse avec une grimace et se tourna vers le gamin. « Bon, bah allons voir ta source d’énergie et on avisera une fois là-bas. » Elle ralluma la lampe de son arme et lui fit signer d’avancer tandis qu’elle éclairait le chemin. Ce dernier déboucha sur une salle immense en comparaison des couloirs empruntés jusqu’à présent. Les murs étaient recouverts de ces inscriptions indéchiffrable aux yeux du major mais au centre trônait ce qu’elle pensât être la fameuse source d’énergie. C’était loin de ressembler à un E2PZ et, pour sûr, l’engin était de dimension moindre. A peine plus grand qu’une lampe de chevet, sa forme rappelait beaucoup celle des cristaux utilisés dans les vaisseaux asgards et elle teintait d’une couleur perdue entre le bleu et le vert. Il paraissait rayonné de mille feux et Alex s’en approcha. M’ouais. Ça n’avait pas vraiment la gueule d’une source d’énergie. Elle se tourna alors vers Corey et esquissa un geste qui lui donnait l’autorisation de faire ce qu’il avait à faire.


(I N S A N E) Non, vous avez des balles et l’espoir que je sois à terre quand vos armes seront vides. Parce que dans le cas contraire vous mourrez avant d’avoir pu recharger. (+)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://breathxme.wordpress.com/
Archéologue
avatar



◮ DOSSIERS : 63




Dossier personnel
COMBAT:
5/1000  (5/1000)
SCIENCE:
8/1000  (8/1000)
EXPLORATION:
5/1000  (5/1000)

MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   Dim 27 Mar - 13:41

Corey avait finit par trouver un chemin qui pourrait les mener à une sortie. Cependant, alors qu'il avançait la militaire derrière lui, il n'eut pas le temps de l'avertir du piège. Tout les deux prirent donc la descende avec dureté. Elle se cognant l'arrière de la tête et lui venant percuter le sol avec fracas au niveau de l'arcade. Un beau coquart et un filet de sang avaient déjà commencés à se dessiner quand il aperçut de nouveau symboles déisgnant une source d'énergie. Le jeune homme était surexcté. C'était une super nouvelle selon lui. Le genre de nouvelle qui met tout le monde d'accord. La jeune femme le stoppa et lui dit qu'il n'avait jamais parler de ça. Il grimaça et fit :

"J'ai dut oublier d'en parler."

Il saait qu'il avait une chance sur deux de se faire frapper. Mais il espérait sincèrement qu'elle ne le ferrait pas. De un parce qu'il avait déjà assez mal comme ça, et de deux parce que bon, c'était lui qui allait les sortir de là. Elle lui demanda, au lieux de le cogne, si cette source d'énergie était un E2PZ. Corey haussa les épaules et fit en regardant vers la gallerie :

"J'en sais rien. Disons que les peuples ne donnent pas les mêmes noms que nous à ce genre de choses. Donc je ne pourrais pas dire. Le symbole est en tout cas le même que celui de la surface, celui que je regardait avant qu'on tombe à l'eau. Il indique une grande source d'énergie. Mais je ne pourrais pas dire ce que s'est exactement."

Marquant une pause, il prit un air plutôt sérieux et déclara ensuite :

"Dans tout les cas, on ne peut pas leur laisser ça, il faut absolument qu'on le récupère avant qu'eux ne tombent dessus."

Il la fixa de ses yeux clairs, espérant qu'elle accepte sans poser de questions. Elle lui confirma ce qu'il souhaitait. De toute manière d'après ce qu'il avait lut, et comprit surtout, la sortie était la gallerie juste derrière la source. Donc ils étaient obligés de passer devant. Corey, ouvrit la marche, laissant la militaire s'assurer que personne ne les suivait. Arriver devant la gallerie concerner, il vit un rocher qui était sorti de l'eau. De là se trouvait une sorte de mécanisme avec des symboles. Elle était là, percher sur le rocher, les attendant. Autour d'eux se trouvait un petit lac où un chemin de pierre menait à la sortie. Corey regarda la militaire avec un petit sourire. Il se dirigea rapidement vers le rocher. Il lut les symboles et essaya de les décrypter. Certains étaient déjà connus, d'autres un peu moins. Il se frotta l'arcade blessé dans son t-shirt et reprit sa lecture. Il soupira. Il était anxieux. Si il se foirait, ils seraient bloquer. Il eut envie de lui dire de se tirer, mais il devait admettre que l'idée de rester seul ici avec ses oppresseurs pas loin ne lui plaisait pas non plus. Il grimaça et fit ensuite :

"Je suis pas sur de ce que je vais faire."

Autant la prévenir. Sauf que la curiosité maladive de Corey le fit tout de même enclencher le mécanisme. La source d'énergie laissa apparaitre un fuseau de lumière bleu clair. Corey était totalement hypnotisé par cette lumière. Elle se reflétait partout dans la caverne et sur le visage des deux jeunes gens. Entendant des bruits et une balle ricochant sur l'entrée de la gallerie, Corey récupéra la source d'énergie qu'il enfourna dans son sac sans précotion et il fila en courant indiquant le chemin à Alex. A peine eurent-ils passer la gallerie que les pierres s'effondrèrent derrière eux. Un nuage de fumée les prit et leur montra la sortie en quelque sorte. Arriver dehors. Ils étaient toujours en bas de la falaise, donc loin de la porte, mais se trouvait devant eux un grand escalier de pierre, plus agréable à montrer qu'une falaise rocheuses à escalader.

"Au moins, on est sortie !"

Fit remarquer Corey en reprenant son souffle. Il sortie la source d'énergie de son sac et se rendie compte qu'elle ressemblait à un E2PZ mais que c'était pas ça. Il était bleu et non orangé, et semblait chaud, mêmenon connecter. Il regarda la militaire et lui demanda :

"Vous avez déjà vus une source comme celle-ci ?"


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pourquoi je ne peux pas le shooter celui-ci ? (PV Alex)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Question : Pourquoi je ne peux pas acheter mes fournitures !
» [Terminé] La beauté est dans les yeux de celui qui regarde [Alex Hellblood / Jonghyun Kim]
» échange groudon contre Kyogre
» [Combat] Impossible de changer de Pokémon !
» Tu vois, ça c’est ton côté de l’île, le mauvais côté de l’île où tu peux sautiller, caracoler comme un hippocampe magique... (alex)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Espace :: Planètes à explorer-